Marre du célibat !

31 mars 2009 par  
Classé dans Dossiers Spéciaux, Quotidien, Socio

kiss

Tranche de vie d’une célib’ de plus de 25 ans en quête d’un homme pour remplacer sa bouillotte ! Morceaux choisis de quelques petites anecdotes ou histoires de ce derniers mois.

Quand à plus de 25 ans, vous vous retrouvez sur le carreau, après une histoire de plusieurs années… pas facile de se projeter à nouveau dans une relation, et qui plus est de trouver celui qui fera l’affaire. Pas facile, surtout quand tous vos potes roucoulent en cœur et pour beaucoup ont déjà commencé à donner naissance aux fruits de leurs amours : eh oui, les baptêmes ne sont pas réputés pour être l’évènement phare pour rencontrer quelqu’un !

Bref, la stratégie régulièrement mise en œuvre est souvent le regroupement, c’est-à-dire le rapprochement avec les personnes de votre entourage dans votre cas. Intéressant à plusieurs titres, car cette tactique permet de mixer les réseaux et donc d’agrandir le territoire de chasse, et de prendre un bon bol d’air, ce qui est excellent pour le moral. Une fois la jeune et fougueuse (mais si mais si !) femelle en chasse, les péripéties débutent…

« Le premier après mon mec, il faudra qu’il soit gentil. Un mec pansement, vraiment g-e-n-t-i-l ». Voilà une phrase qui m’est très familière, pourtant, le fameux premier après fut le mec le plus compliqué qui m’ait été donné de rencontrer ! Une histoire tarabiscotée, impossible, mais géniale… la rupture a été tout aussi compliquée d’ailleurs.

Et paf ! Retour à la case départ !

« Bon, je change de technique, j’opte pour le plan cul ! Ras le bol ! Je ne veux plus souffrir ni même m’attacher ! Pas d’engagement : c’est PARFAIT ».
Me voilà en quête de l’homme d’un soir, j’en ferre un  sur internet… grande première pour moi qui ne suis pas une habituée de la chose. Photos bien, intelligent, de la conversation, cultivé… (oui je sais habituellement on s’en fout pour un PC, mais pas moi. On n’est pas des bêtes tout de même !)
Il me propose un plan sympa assez excitant : ni une, ni deux le rendez-vous est pris. Me voilà en train de dire à un parfait inconnu : – «Ok, jeudi chez moi ! »
« Pourquoi chez toi ??? T’es dingue ! » me direz-vous. Mais non car chez moi je sais exactement où se trouvent les objets utiles pour l’assommer en cas de pépin, que de plus une copine qui à mes clefs est prête à débouler si problème et surtout que je ne me vois pas aller faire « ça » chez un inconnu !
Le jeudi soir enfin venu : lapin (le premier de ma vie) ! Excuse bidon… Gentille, un peu conne et surtout un peu en manque (bah oui ! y’a pas de honte à ça) je réitère la proposition. Et là, j’ai connu la plus grande incompatibilité calendaire masculine de toute ma vie. Après moult rendez-vous manqués, je comprends que le jeune-homme se déballonne. Je jette donc l’éponge et déclare un beau soir : « Je crois que j’ai plus de couilles que certains mecs ! »

Constat lapidaire ! Jusqu’à ce que, un mois plus tard, il se pointe un soir chez moi… quasi à l’improviste! C’est à ne rien y comprendre, mais on ne cherche pas non plus à trop gamberger car retrouver un semblant de vie sexuelle fait quand même grand bien!!! Et finalement, avoir un « fucking friend » à du bon…

A cette période là je ne faisais pas ma maline, entre les indifférents, les torturés et les lâches, je n’étais quand même pas en vaine. Ainsi commence la phase 3 : le flirt !

Commencent également les séances d’épilations hyper régulières : on ne sait jamais ce qu’il peut se passer !
Attention retour en 4ème avec bagues en céramique sur les chicots, Doc Martens aux pieds et toujours L’ENORME bouton en plein milieu de la face.
Sur internet, je contacte des garçons sympas,  d’autres moins, d’autres pas du tout… c’est la loterie ! En liste : des mecs supers, sympas, cool, intelligents, mais qui ne vous font aucun effet, un apollon dont chacune d’entre nous rêverait, mais casant une faute de français dans chaque phrase et puis pas drôle, mais alors pas drôle du tout, un amoureux transi envouté par une photo (si, si !), un cinglé très drôle mais aussi très flippant, des dragueurs pitoyables à la pelle… Bilan : chou blanc.

En parallèle de mes tribulations interactives, je rencontre du monde, je sors beaucoup, je flirtouille avec des potes de potes… rien de bien folichon, jusqu’à ce qu’un beau brun retienne mon attention et que je retrouve les sensations d’une ado qui s’attache à quelqu’un pour la première fois. Une ado complexée, morte de trouille, pleine d’angoisse, mais qui se laisse quand même glisser en fermant les yeux.
Puis, je les ouvre à nouveau, c’est un compliqué, un angoissé, comme moi. « C’est pas possible : à croire que je les attire ! » Je sais qu’il me fera souffrir, mais il m’attire alors que je sais qu’il faudrait que je m’en détache, que je me protège.
Retours des cas de consciences… Que faire ??? Pas simple. Quelle sera la prochaine étape ?

Suite au prochain numéro !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments

5 Réponses pour “Marre du célibat !”
  1. isabelle dit :

    vite la suite !!!

  2. cyrillou dit :

    Non d’une pipe !

  3. Alex dit :

    Excellent, plein d’honnêteté, on se croirait à la place de l’auteur ou ayant déjà vécu certains passage, sauf que moi j’étais côté mec.

    En tout cas ça donne envie de lire la suite

  4. miss lollipop dit :

    Tout vient à point à qui sait attendre 😉 si tu passes dans le 57, on sortira ensemble^^

  5. Lajournaliste dit :

    @cyrillou: comment ca nom d’une pipe???!!! c’est fin, bravo! 😉

Libère ton esprit

Dites ce que vous en pensez...
Et oh, si vous voulez une image avec votre commentaire, inscrivez vous sur gravatar!