Elle gonfle, elle enfle et elle court la rumeur !

6 décembre 2009 par  
Classé dans A la Une, Lifestyle, Quotidien, Socio

secretnb

Quand dès le lundi lors d’un déjeuner entre copines, j’apprends qu’il y a encore une rumeur qui circule à mon sujet, je peux vous dire que la semaine commence mal !

Je pense que j’ai le profil type pour déchainer les rumeurs… Je ne sais pas pourquoi si c’est ma vie qui intéresse les gens, si ils n’ont vraiment que ça à faire ou si c’est simplement du à la vie en société qui veut ça, toujours est-il que je ne comprends pas comment on peut devenir une véritable langue de pute, experte en rumeurs de tous poils !!!

Je me suis donc penchée sur le sujet pour essayer de comprendre ce qui pousse les autres à pétasser allègrement sur la vie de leurs congénères et surtout à faire profiter tout le monde de leurs conclusions/affabulations sur ce qui ne les regarde pas.

Je me souviens que quand j’étais petite ma chère môman, me répétait souvent cette petite phrase bien connue : « Agathe, mêle-toi de tes oignons », c’est donc au fil de mon enfance, puis de mon adolescence, que j’ai appris que le  terme curiosité n’était pas synonyme de voyeurisme, et que ça pouvait être à la fois une qualité qu’un vilain défaut, j’ai donc appris à m’occuper de mes affaires et à n’interférer dans la vie des autres uniquement quand j’y étais invitée. Bien, la petite Agathe est maintenant grande, elle a bien retenue la leçon et mène sa barque !

Comme beaucoup, fille ou garçon d’ailleurs, j’aime faire ma peste en bavassant sur les gens que je n’aime pas (et qui le savent en général pertinemment) et j’aime parler de la vie de mes proches avec des proches, ce qui s’apparente plus à de l’intérêt et à de la considération qu’à du « ragottage »… car à la différence de beaucoup de personnes : je sais garder un secret et recueillir les confidences sans m’empresser d’aller répéter ce que l’on vient de me confier au premier venu ! Je ne suis donc pas du genre à lancer ou a entretenir des rumeurs… ou alors à mon insu. Loin de moi l’affabulation ou la spéculation sur la vie des autres pour faire mon intéressante et propager des bruits saugrenus.

Pour en avoir fait les frais, je sais que la rumeur nait partout et de façon bien sournoise. Par exemple, au bureau, c’est la mauvaise interprétation d’un mail ou d’une blague qui va être la première étincelle, puis un/une collègue qui n’a que ça à faire/penser va reprendre le truc, le monter en épingle auprès des deux-trois personnes que vous me pouvez pas encaisser… Et hop le « truc » est sur pied, il ne reste plus qu’à faire marcher son imagination, rajouter des petits détails (phrases hors contextes, des attitudes parfaitement normales deviennent complètement tendancieuses), le tout agrémenté d’impressions ou de sentiments infondés. Il ne reste plus qu’à mettre dans la boucle deux ou trois langues de vipères qui propagent allègrement tout ceci. L’affaire est faite, vous tenez là les bases d’une bonne vieille rumeur des familles ! Idem dans la vie perso, même schéma, même combat.

Alors pourquoi ? C’est la question qui revient en boucle dans ma caboche. Pourquoi certaines personnes sont des adeptes des rumeurs ? Pour que se faire mousser ou se rendre important, pour faire du mal aux autres, pour s’occuper des affaires des autres qui sont plus intéressantes que les leurs, par jalousie… ? Un peu de tout surement ! Une chose est sure cependant, tout ceci démontre un manque d’intelligence et d’empathie, car personne ne se met jamais à la place des « protagonistes » de la rumeur qui peuvent morfler, être vexés ou en pâtir tout simplement dans leur vie quotidienne.

La seconde question est plus épineuse : que faire face à la rumeur ? En relancer une autre pour contrecarrer la première, décrocher son téléphone et dézinguer les langues trop bien pendues, se taire et occulter le phénomène, donner dans la provocation… ? Je n’ai toujours pas trouvé ! J’ai opté pour la solution qui convient le plus à mon caractère : faire le dos rond, comme si de rien était. Mais attention, car je vous assure que si les instigateurs des rumeurs me concernant viennent me chercher directement des poux dans la tête ou essayer de me tirer les vers du nez pour apporter de l’eau à leur moulin, ils auront à qui parler.

Non mais !!!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Libère ton esprit

Dites ce que vous en pensez...
Et oh, si vous voulez une image avec votre commentaire, inscrivez vous sur gravatar!