L’égalité des salaires : en quel honneur ?

28 janvier 2010 par  
Classé dans A la Une, Lifestyle, Socio

margaux-motin

Un peu de testostérone sur Caractérielles aujourd’hui, avec le retour de ce cher EW qui constate, une fois de plus, ce que seraient nos contradictions …

Chères caractérielles,

Hier soir, je retrouve deux amies à l’heure de l’apéro dans un petit bar où j’ai mes habitudes. Deux belles femmes de caractère, indépendantes et qui rêvent malgré tout sans vraiment chercher à s’en cacher du prince charmant. Dans leurs boîtes respectives, à compétences et ancienneté égales, elles gagnent autant que leurs homologues masculins. Du moins pour le moment mais elles ne voient pas pourquoi cela changerait. Moi non plus. A priori…

La discussion s’oriente très vite vers les relations hommes-femmes – en l’absence d’homosexuel(le) à la table et pour simplifier « l’argumentation » qui va suivre, on va se cantonner à l’une des trois options monogames possibles. Donc comme je vous le disais, ça parle Amour, flirts, plans cul, etc. Bref, une discussion on ne peut plus classique entre célibataires qui approchent la trentaine. Nous dévions sur les premiers rendez-vous, sujet qui ne me touchent pas particulièrement dans la mesure où… Non non, je m’écarte de la question là. Et je suis déjà sur le point de me mettre à dos toutes les femmes de France et de Navarre : inutile d’en rajouter. L’une de mes amies donc, abordent le thème du premier rencard au terme duquel, si tout se passe bien, les deux protagonistes se sautent dessus devant la porte d’entrée de l’immeuble de l’un ou de l’autre, s’arrachent les fringues dans l’ascenseur ou bien dans la cage d’escalier pour peu que le locataire des lieux vive au premier, avant que cela ne se termine en échange de flux organiques et enfilage de plastique dans des draps qu’il faudra vite mettre à laver si le tout a été effectué dans les règles de l’art – enfin surtout si vous avez prévu de récidiver le lendemain avec un nouveau « date ».

Une question me turlupine…

Je m’empresse de la poser à la pote en craignant la réponse :qui règle la note avant d’aller baiser ?

Le verdict est sans appel : le mec bien sûr !

Mes très chères caractérielles,

Comment voulez-vous que l’on s’en sorte si vous n’y mettez pas un peu du vôtre ? Je sais que nous, les hommes, sommes complices. Et moi le premier. J’ai certes tendance, dans mes excès féministes – si si –, à dire haut et fort que la galanterie est un concept désuet, révolu. Mais dans les faits, je conçois difficilement de laisser la belle inconnue du bar m’inviter. Et pour cause : il vient rarement à l’idée de la belle inconnue d’inviter le bel inconnu. Le règlement des consommations par l’homme est inconsciemment admis par les deux parties. Et moi qui me targue pourtant d’éviter les sentiers battus, j’ai dans ce domaine complètement intégré cet accord tacite entre les gents féminine et masculine. Or, qu’une belle femme prenne les choses en main en me payant une pinte de Guinness et je succombe aussitôt. Soyez entreprenantes nom de nom ! Et sortez la carte bleue ! Alors vous gagnerez le droit à l’égalité des salaires.

Et puis merde ! Vos orgasmes sont largement meilleurs que les nôtres et c’est bien là tout ce qui compte dans la vie. Et je ne parle pas des joies de la grossesse et des règles qui vous sont réservées. Ces révoltantes injustices ne suffisent-elle pas à légitimer quelques petites compensations ?

Visuel : la talentueuse Margaux Motin (que ce cher EW apprécie tout particulièrement ! )

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments

10 Réponses pour “L’égalité des salaires : en quel honneur ?”
  1. Melanie_rm dit :

    Et pourquoi l’un serait obligé d’invité l’autre??? Pourquoi ne peut-on pas régler chacun pour soi, a priori les assiettes / verres n’ont pas été partagés donc pourquoi l’addition le serait-elle?

  2. annick dit :

    je ne suis pas pour l’égalité des sexes. en terme de salaire à la limite, parce que je ne vois pas pourquoi l’homme doit toucher plus alors qu’il fait la même chose.

    pour le premier rendez-vous, l’homme paye, c’est la tradition on va dire. après ça, si on continue à sortir on s’arrange, une fois toi, une fois moi, une fois chacun sa part. je paye des verres aux mecs mais uniquement à mes potes, je ne drague plus depuis un moment (pour autant que j’ai dragué un jour).

  3. Alice dit :

    Arf, délicate question … ! Honnêtement je pense que j’aurais vraiment du mal (du mâle ?) à dire à mon date « Je te paie ton Mojito ». Après, j’aimerais beaucoup reparler des « joies de la grossesse et des règles » (enfin surtout de ce dernier, parce qu’en terme de joies, faudra qu’on m’explique …

  4. Anne Claire dit :

    Bon, une fois encore, ça me fait l’effet d’un poil à gratter !

    Je suis absolument contre le 50/50 que je trouve particulièrement rat. Mais vraiment très rat d’ailleurs si on me le propose, je paie tout directement, histoire de montrer que ça ne se fait pas.

    Par contre, je n’ai aucun problème à inviter pour une verre/ un resto/ un spectacle, bref, pour tout.

    Seulement cher EW, tu sais que parfois les hommes prennent ça très mal quand une femme sort son portefeuille ? Comme si c’était insultant pour eux qu’une femme paie. Et crois moi, ça, ça refroidit et le bonhomme est sur de repartir tout seul.
    Maintenant, tu as raison, certaines ne pensent jamais à inviter et trouveraient ça inapproprié, mais j’en vois de moins en moins !

  5. Pierre D. dit :

    Héhéhéhé.
    Ce cher EW qui tente de masquer sa misogynie derrière une volonté patente de créer le débat sur les inagalités homme/femme…
    Très franchement, ça marche pas cette fois.

    Je rejoins totalement le commentaire d’Annick: c’est un peu la tradition de payer la première fois pour le « mâle »…c’est ainsi, les codes existent, et nous différencient aussi, parfois, des animaux (que nous redevenons rapidement, pour certains d’entre nous, une fois la porte de la chambre/salon/cuisine ou ce que vous voulez fermée).
    Mais ensuite, bien sûr que c’est partagé. Comme le reste, et c’est bien là l’idée.
    Moi qui adore justement la galanterie, qui y prends même un certain plaisir, et qui me targue pour autant de n’être pas macho pour un sou, qui suis même totalement pour l’égalité des salaires, j’aime très souvent payer l’addition, ça fait partie du jeu. Mais le contraire ne me choque pas.

    Et puis bon, soyons francs, EW, on s’en fout pas mal, non, du moment que ça se passe bien le reste de la soirée/nuit/matinée…

  6. ANOOSH dit :

    Moi je pense qu’il faut arrêter d’associer toute acte et effet à cette histoire d’égalité de sexes. Je pense que nous pouvons régler tous ces malentendus en étant simplement naturels et spontanés, comme ça se fait dans beaucoup d’autres pays.
    Il veut m’inviter même pour son égo, très bien qu’il le fasse. Je lui préciserai ou prouverai une prochaine fois que je peux l’inviter aussi.
    C’est bien dommage d’en arriver là alors que ca doit plutôt faire plaisirs (ou non dans ce cas là on n’invite pas. Enfin à nous, femme ou homme, d’essayer de nous débarrasser des ces complexes. En tout cas 100% d’acc avec Anne Claire sur cette histoire de 50-50 que je trouve moi perso pitoyable. En tout cas sujet passionnant, bravo à celle qui a lancé le débat !

  7. E.W. dit :

    Eh beh, il y a du boulot à ce que je vois!

    Les codes, mon ami Pierre D. qui m’a jadis reproché d’être réac, à moins que ce ne soit toi Alice… Les codes, disais-je, ne sont-ils pas bons pour ceux qui manquent d’imagination?

    Anne-Claire, non tous les mecs ne voient pas d’un bon oeil les femmes qui sortent le portefeuille. Mais as-tu réellement envie d’un (gentil)homme qui vive encore l’âge de la chevalerie?

    Anoosh, de quoi s’agit-il sinon d’égalité des sexes? Prenons l’exemple de la Suède où l’assemblée nationale est à moitié (ou presque) composée de femmes, et cela sans histoire de quotas à la con ou de discrimination positive. Eh bien dans ce beau pays où l’on croise au moins autant d’hommes que de femmes en congés parental conduire la poussette du petit, les nanas sont bien plus entreprenantes avec la gent masculine que chez nous autres latins. A bon entendeur…

  8. dans ma « génération » (j’ai 24ans), on partage souvent. il m’arrive régulièrement d’inviter des hommes également. mais tu as raison de préciser cela, c’est loin d’être le cas de toutes les femmes. ces dernières sont, selon moi, de loin les plus responsables des clichés sur notre sexe. nous avons les droits, les portes sont entre-ouvertes, à nous et nous seules de pousser un dernier bon coup cette porte :)

  9. e-Milou dit :

    A mon dernier premier rdv c’est le mec qui a payé. Néanmoins je n’attendais pas qu’il le fasse (il l’a fait quand j’étais partie aux toilettes, et n’essayez pas de dire que je l’avais fait exprès!), j’aurais sorti ma CB pour faire moitié-moitié sinon. Je ne l’aurais pas invité? Non, pas au premier rdv. Par contre j’ai souvent invité mes petits amis au resto, au ciné ou autre. Je ne me sens pas à l’aise quand c’est toujours l’autre qui paye alors pour moi c’est un coup l’un, un coup l’autre.

  10. e-Milou dit :

    Et non le 50-50 ne me choque pas. Au premier rdv on se connait à peine, on ne se doit rien!

Libère ton esprit

Dites ce que vous en pensez...
Et oh, si vous voulez une image avec votre commentaire, inscrivez vous sur gravatar!