We Are Knights, preux chevaliers de l’électro froggy, débarquent sur Caractérielles (et au Nouveau Casino) !

9 mars 2012 par  
Classé dans A la Une, Culture, Lifestyle, Musique

Ⓒ Simon Betite www.simonbetite.com/

J’expliquais il y a quelques temps combien j’étais fan de l’application We Are Hunted sur Spotify , qui m’a à nouveau TRES agréablement surprise en me présentant le numéro 1 des « emerging charts » le trio parisien « We Are Knights », présent sur la dernière compilation Kitsuné Parisien II. We Are Knights ? Mais si, on en a parlé ici et ça envoie, il n’y a qu’à voir (et à mettre le son à fond) :


Le trio sera en concert au Nouveau Casino le 14 mars prochain et pour vous faire patienter jusque là, nous vous avons concocté une interview apéritive !

Rencontre avec Jean-Marc et Guilhem :

D’où vient le nom « We are Knights », êtes-vous fan des Monty Python ?

Nous ne l’avions pas envisagé sous cet angle ^^, même si j’adore les Monty Python (surtout « la vie de Brian »). 

Nous étions attirés par le code fédérateur des chevaliers réunis pour défendre une cause, mais aussi par le côté ludique rappelant les jeux de notre enfance, l’onirisme… Nous attachons beaucoup d’importance à la symboliques, et ce que ce nom véhicule retranscrit plutôt honnêtement notre vision du projet.

Quelle est l’histoire du groupe ? Est-ce que vous vous connaissiez avant ?

Guilhem et moi nous sommes rencontré lors de nos cheminements professionnels à plusieurs reprises et en diverses occasions lors de ces trois dernières années. Nous nous sommes rapproché le plus simplement du monde, de part nos affinités humaines, au delà de toutes considérations musicales. Il s’est avéré que sur ce dernier plan nous partagions beaucoup, c’est alors que nous avons commencé à écrire assez naturellement ensemble. Le premier titre qui nous est venu fût «Turn Around You » en Juin 2011.

C’était vraiment stimulant, on a instantanément partager une vision sur les morceaux. Nous avons été en phase de façon spontanée dans notre travail de composition et d’arrangement. Je crois qu’on peut parler d’osmose. Nous avons rapidement composé un répertoire et nous avons alors trouvé un nom qui embrasserait ce projet dans son entièreté. Ce qui partait d’une simple rencontre musicale s’est mué en une nécessité de composer et de jouer sur scène. Quelques mois plus tard nous avons proposé à Gaëlle de nous rejoindre. Elle a tout de suite adhéré au projet, et nous étions lancés.

Quelles sont vos influences musicales ?

Il y a beaucoup de groupes et chanteurs qui m’ont marqué plus jeune, et qui participent toujours à mon quotidien, je pense notamment à Dylan ou Sonic Youth. Belle & Sebastian a été aussi fondamental dans mon approche d’une poésie musicale, tandis que Joy Division m’a appris l’aspect cathartique que peut revêtir la musique. J’ai aussi été frappé par la technique de Thee Silver Mount Zion et l’expérience musicale si pure générée par leurs sonorités. Je pense aussi à Pavement pour l’urgence qui se dégage de leurs morceaux qui ont une forme de simplicité assumée et revendiquée. Le songwriting a toujours eu une place prépondérante dans les disques que j’écoute, à ce titre, Grandaddy, et Sparklehorse m’ont touché de par la mélancolie palpable de leurs paroles… Il est difficile de dégager d’emblée des références spécifiques… Le cinéma et la littérature font, par exemple, également partie intégrante d’un processus de restitution musicale.  Au fil du temps, on ne sait vraiment quels éléments ont été digérées…

L’introduction du titre « Tears » m’a tout de suite fait penser à celle de « Rebellion (lies) » d’Arcade Fire, est-ce que c’est quelque chose de voulu ?

La comparaison est très flatteuse, mais à vrai dire il n’y a rien de calculé à cela. On est effectivement partis d’une ligne de basse, mais il s’agit vraiment d’un concours de circonstance.

Vous avez assuré l’after show de Vivienne Westwood au Café Carmen pendant la Fashion week, votre musique accompagne des clips de Vogue … La mode semble être très présente dans votre univers artistique, y’a-t-il une raison particulière ?

C’est un peu le fruit du hasard, nous avons rencontré Chris Roman qui est réalisateur, photographe et vidéaste. Il était emballé à l’idée d’utiliser quelques un de nos titres pour illustrer son journal quotidien de la fashion week. Ses vidéos sont vraiment très belles et ses images élégantes et poétiques. C’est une chance inouïe qui nous a été offerte de
travailler avec lui. D’ailleurs, il va très prochainement se lancer dans la réalisation du clip d’un de nos morceaux.

Gaëlle travaille depuis quelques années dans le milieu de la mode. Elle a, par ailleurs, vécu quelques temps en Angleterre, où elle a rencontré Vivienne Westwood. Elles sont toutes deux très proches depuis. Le concert était organisé à l’occasion de la clôture de la
journée de défilé.

 

Ⓒ Rodrigue Huart www.rodriguehuart.com/

Quels sont vos crush musicaux du moment ?

Moss – Ornaments

Black Keys – El Camino

The Black Angels – Entrance Song

M83 – Midnight

M O N E Y : http://vimeo.com/35829532

Nous allons devoir faire un peu de parisianisme (désolée, mais 100% de l’équipe Caractérielles vit à Paris !), quels sont vos spots préférés à Paris pour écouter de la bonne musique ?

Le Point Éphémère
Le Trianon
La Flèche d’or
Le Nouveau casino
Le Pop in

Pour suivre les WAK, c’est par ici !

http://weareknights.tumblr.com/

https://www.facebook.com/weareknightsmusic

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Libère ton esprit

Dites ce que vous en pensez...
Et oh, si vous voulez une image avec votre commentaire, inscrivez vous sur gravatar!