Le nouveau prodige d’Helena Rubinstein : des résultats spectaculaires !

29 avril 2012 par  
Classé dans A la Une, Beauté

J’ai eu la chance de recevoir il y a quelques temps une magnifique attention de la part d’Helena Rubinstein, à l’occasion du lancement du nouveau soin prodige de la marque : Prodigy « concentré rajeunissant intense d’exception ».

Helena Rubinstein est connue pour avoir révolutionné le secteur de la cosmétique par ses connaissances pointues des sciences et de la chimie. La marque est véritablement  avant-gardiste, synonyme d’investissement scientifique, réputée pour proposer des produits innovants, avec une expertise technique pointue.  Et puisqu’on en parle, je teste donc depuis un peu plus d’un mois le nouveau soin anti-âge global de la marque, peut-être l’un des plus efficaces que j’ai pu essayer jusqu’à présent.

Les +

Une formule redoutable : on peut lire sur le site de la marque que Prodigy est une « transfusion de jeunesse pour combattre les signes de l’âge ». Et pour cela, il faut du costaud : Prodigy est donc élaboré à partir de la Bio-Sève moléculaire, un ensemble de 5 actifs superpuissants qui ciblent plusieurs couches de la peau :

–       L’extrait de muguet du Japon qui hydrater intensément la peau

–       L’extrait de racine de Baïkal pour illuminer la peau

–       Des peptides de riz qui stimule la synthèse du collagène pour une efficacité anti-rides sans pareille

–       L’extrait de Maitaké qui améliore l’épaisseur et la fermeté de la peau

–       Des polyphénols de litchee pour préserver la densité de la peau.

J’en resterai là pour les explications scientifiques que les puristes pourront lire en détail sur le site de la marque (je vous signale que j’ai un bac Littéraire et qu’employer dans la même phrase les mots peptides, polyphénols et bio-sève relève du domaine de l’exploit) mais le moins que l’on puisse dire, c’est qu’un mois après avoir utilisé le soin tous les matins, je vois une vraie différence sur ma peau qui est plus lisse et semble plus rebondie. J’ai vraiment pu me rendre compte de l’efficacité du soin et notamment de son pouvoir super hydratant lorsque je suis rentrée de vacances, alors que ma peau était « ravagée » par les méfaits du soleil.

Une texture super soyeuse, qui donne à la peau un fini très velouté. Je ne sais pas pourquoi mais j’ai souvent une appréhension lorsque j’utilise des soins très haut de gamme car j’ai l’impression que leur texture riche, bourrée d’actifs laisse la peau trop grasse. Pas de souci de ce côté là, l’application est vraiment très agréable, on ne passe pas 10 minutes à appliquer la crème sur le visage.

Enfin, un parfum doux et poudré, qui « sent le luxe », sans pour autant être trop entêtant. J’ai pris l’habitude de ne plus mettre de fond de teint depuis quelques temps et le fait d’appliquer uniquement le soin laisse un parfum subtil raffiné aux notes boisées.

Les –

Le packaging : un véritable écrin qu’on a envie de laisser poser sur le rebord du lavabo tant la présentation du peau est jolie. Pas de doute, il s’agit bien d’un soin de luxe. Un petit bémol toutefois sur le format « pot » qui m’a toujours paru moins hygiénique qu’un tube ou un format « doseur ». Heureusement, pour éviter de tremper l’index dans le pot, Helena Rubinstein propose un petit bâtonnet en plastique qui permet de prélever le soin dans le pot.

Le prix : 190€ pour un pot de 50 ml. Vous allez me dire que ce n’est pas donné et vous aurez raison certes, mais après tout le luxe a un prix et c’est tout à fait le genre de soins pour lesquels je pense que cela vaut le cout de craquer un peu la Visa.

Comment l’appliquer ?

Personnellement je l’applique tous les matins après avoir nettoyé ma peau, et en 3 étapes : en massages légers sur le visage, des petits effleurages sur le contour des yeux, en remontant du décolleté vers le menton.

Je vous laisse découvrir ce soin exceptionnel en vidéo :

Rendez-vous sur Hellocoton !

result4383

17 avril 2012 par  
Classé dans Non classé

1

Rendez-vous sur Hellocoton !

Disquaire Day : concert gratuit avec Fred Perry le 21 avril à la Gaité Lyrique !

15 avril 2012 par  
Classé dans A la Une, Lifestyle, Sorties

C’est rare que je prête une attention aussi importante aux communiqués de presse reçus pour le blog, mais quand je vois « Fred Perry » et « Disquaire Day » dans l’objet d’un mail, mon coeur à fait bim bam boum ! Fred Perry s’associe en effet cette année au Disquaire Day / Record Store Day.

C’est quoi le Disquaire Day ?

Il s’agit d’une initiative née en Etats-Unis en 2007 : c’est une journée de soutien et de promotion dédiée aux disquaires indépendants. Véritable célébration du disque et de la musique, cette fête a lieu pour la deuxième fois en France. Les artistes proposent en exclusivité au public chez les disquaires : des inédits, des versions rares, des chutes de studio ou des rééditions de titres introuvables en vinyle. Pour ce Disquaire Day du 21 avril 2012, une trentaine de disques inédits d’artistes français et plus de soixante références étrangères seront à l’honneur. Plus de 150 showcases seront  organisés dans les magasins partout en France, la liste complète des Live est à découvrir ici.

Pour cette édition 2012, Fred Perry présentere sa sélection « découverte » pour le concert de clôture de la seconde édition du Disquaire Day à la Gaîté Lyrique à Paris : 4 groupes issus de la nouvelle scène indépendante française seront présents: Krazy Balhead, Jil is Lucky, Hush Puppies et Claire Denamur.

Le concert est ouvert au public, plus de 430 invitations seront disponibles à partir du 11 avril 2012 chez 43 disquaires indépendants de Paris alors n’attendez plus !

 Krazy Baldhead (Label Ed Banger)

Electron très libre du clan techno parisien Ed Banger (Justice, Uffie, Busy P…), ce producteur et multi-instrumentiste a eu bien raison de prendre son temps pour concocter son premier album, The Noise In The Sky. Tout juste sorti début avril, ce disque voyageur et inventif s’inspire autant de l’électro que du funk et du jazz des années 70.

Jil Is Lucky (Label Naïve)

Jil le veinard, c’est Jil Bensénior, 28 ans, chanteur, auteur et compositeur parisien originaire de Nice. Réchauffée à la folk music, sa pop chantée en anglais se teinte ça et là de jolis accents d’Europe de l’Est ou d’Afrique du Nord, ramenés de ses nombreux voyages. Avec son super groupe, un concert de Jil se transforme en un magnifique diaporama de toutes ses influences bohèmes.

HushPuppies (Label Chut Le Caniche/Differ-Ant)

Après trois albums et de nombreuses tournées, les cinq chiens fous sont désormais de véritables bêtes de scènes. Leur pop nerveuse gavée de sève adolescente s’inspire autant des mods anglais que du garage rock psyché américain, avec une touche de modernité électro sur leur petit dernier, The Bipolar Drift où leur rock électrique et accrocheur se fait toujours aussi mordant.

Claire Denamur (Label EMI)

Elle est l’un des trésors de la nouvelle chanson française. A 28 ans, Claire Denamur s’est brillamment retournée sur sa jeunesse aux Etats-Unis pour Vagabonde, deuxième album gorgé de folk, de blues et de country. Sa voix mature, presque cassée, y fait des merveilles sur des mots doux amers et nostalgiques de l’enfance.

Plus d’infos

http://disquaireday.fr/

http://www.facebook.com/fredperrydisquaireday

Liste des disquaires participants à l’opération

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

5 produits de beauté à piquer à sa mère le week-end

9 avril 2012 par  
Classé dans A la Une, Beauté

Chez nous, les week-ends en famille et plus précisément les week-ends prolongés font l’objet de règles très précises : on se retrouve, on se chamaille, on mange bien, on se fait plaisir à déguster le foie gras maison préparé avec soin. De mon côté, un petit séjour au QG familial est souvent l’occasion de piquer les produits de beauté de ma mère, ceux qui me font défaut au quotidien et pour cause : ils sont souvent chers, mais diablement efficaces. Et le week-end, on trainaille, on est en mode « back to basics », on a le temps pour une petite session cocooning alors c’est le moment d’en profiter pour un passage en revue détaillé de l’armoire de la salle de bains de maman.

 1. Le Ciment thermique de Kérastase

On commence avec le ciment thermique Kerastase, dont le nom du produit nous vaut bien des quolibets de la part des hommes de la famille. Il n’empêche, les belles cylindrées ont bien des pare-chocs, il en faut de même pour les crinières aux cheveux fins ! Si vous êtes comme moi adepte du séchage, lissage, démêlage tenace, crêpage intensif lors de soirées déguisements et autres colorations blondie-sque, ce lait redonnera toute sa force à votre chevelure !

2. Le fond de teint Matt touch Foundation d’Yves Saint Laurent

On continue avec le fond de teint Matt touch Foundation d’Yves Saint Laurent. Une petite merveille qui m’a valu 10€ en Chronopost pour avoir tenté de le subtiliser discrètement un dimanche soir, pensant naïvement que ma mère ne s’apercevrait de rien. Bien mal m’en a pris puisque je fus réveillée dès le lendemain matin par une maman furax de ne pas retrouvé son fond de teint préféré. Et il y a de quoi car celui-ci est un petit bijou pour toutes celles qui recherchent un grain de peau velouté et surtout une tenue parfaite sur la journée !

3. Le sérum apaisant et la crème réparatrice anti-rougeurs de Darphin

Et les soins Darphin, vous en pensez quoi ? Perso, j’ai toujours eu une image un peu « vieillotte » de cette marque, très axée aromathérapie,  genre « La Tisanière » de la cosméto. N’empêche que, pour ma peau qui vire rose pivoine au moindre changement de température, je me passe difficilement du combo Sérum apaisant anti-rougeurs / Crème réparatrice anti-rougeurs : un sérum qui apaise la peau et qui unifie le teint, à appliquer le soir, et une crème très légère aux tons verts très légers qui camouflent les rougeurs et hydratent la peau.

4. La Crème de 8 heures d’Elizabeth Arden

La Crème de 8 heures d’Elizabeth Arden, LE baume magique, dont je m’octroie un droit d’utilisation exceptionnel : à presque 700€ le litre, maman est en droit de se garder l’exclusivité du produit. Je l’utilise donc quand ma peau est sensibilisée et tiraillée par le froid, le soleil, le vent …

5. Le gel express aux fleurs de Sysley

Un must-have de chez Sysley, le célèbre gel express aux fleurs : un masque très frais bourré d’actifs hydratants qui irradie toute trace de fatigue. Je vous parie que vous attendrez avec impatience les « Dis-donc, t’as vraiment une tête à faire peur, t’as encore passé ta semaine dans les salles de concerts ? » délivrés avec tant de tact par la figure maternelle pour pouvoir lui donner une raison valable de lui piquer ce masque.

La prochaine fois, on parlera des vinyles qu’on meurt d’envie de piquer à papounet.

Rendez-vous sur Hellocoton !

My week with Marilyn, une belle surprise sooo british !

2 avril 2012 par  
Classé dans A la Une, Cinéma, Culture, Lifestyle

Ce mercredi 4 avril sort le film de Simon Curtis (aucun lien avec Ian ?) My Week with Marilyn, un regard intime sur une courte période de la vie de la blonde platine la plus célèbre de l’histoire du cinéma.

Synopsis : Au début de l’été 1956, Marilyn Monroe se rend en Angleterre pour la première fois. En pleine lune de miel avec le célèbre dramaturge Arthur Miller, elle est venue tourner « LE PRINCE ET LA DANSEUSE ». Ce même été, Colin Clark, 23 ans, met pour la première fois le pied sur un plateau de cinéma. Tout juste diplômé d’Oxford, le jeune homme rêve de devenir cinéaste et a réussi à décrocher un job d’obscur assistant sur le plateau. Quarante ans plus tard, Clark racontera ce qu’il a vécu au fil des six mois de ce tournage mouvementé dans son livre, « The Prince, the Showgirl and Me ». Mais il manque une semaine dans son récit… Son second livre, « Une semaine avec Marilyn », relate la semaine magique qu’il a passée, seul, avec la plus grande star de cinéma du monde.

Je dois dire que je n’étais pas particulièrement tentée au départ puisque je n’ai jamais été très sensible à Marilyn Monroe, je connais assez peu son histoire et ma culture ciné avec Marilyn se résume au visionnage de « Some like it hot » en cours d’anglais au lycée. Mais ce film m’a permis d’en apprendre plus sur la personnalité de la star et ses multiples facettes. J’ai trouvé très intéressant d’avoir un focus sur un moment précis de sa vie, à l’heure où les nombreux biopics qui sortent résument une vie entière en moins de deux heures de film.

Je ne m’attendais pas à ce que l’esprit du film soit si « british », et en tant que grande fan de tout ce qui est lié à nos amis grands britons, je n’ai pu que beaucoup apprécier l’ambiance du film. La prestation de Michelle Williams est vraiment crédible et sincère (rappelons-nous que la jolie blonde interprétait Jen dans Dawson’s Creek) mais le film ravira les amateurs de « british humour » grâce à la performance de l’une de mes idoles, Kenneth Branagh, cynique à souhait, et parfait dans son rôle de Laurence Oliver, le réalisateur du film.

My Week with Marylin, sortie en salles le mercredi 4 avril

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Musique : Pump Up The Volume #3 – The Penelopes, Tanlines, Connan Mockasin, Tristesse Contemporaine

1 avril 2012 par  
Classé dans A la Une, Culture, Lifestyle, Musique

 

The Penelopes – Sally In The Galaxy : une famille de geeks, des superhéros,  une mélodie efficace, on achète !

 

Tanlines – All of me : répétez après moi, « toutes les semaines, un groupe originaire de Brooklyn tu écouteras »

 

 Connan Mockasin – Forever Dolphin Love (Erol Alkan Rework) On n’oublie pas de monter le son, s’il vous plaît.

 

 Tristesse Contemporaine – I didn’t know Une japonaise, un suédois (ex guitariste de Jay Jay Johansson) et un anglais qu’on est dégouté d’avoir loupé le 22 mars au Nouveau Casino.

 

Crédit Photo http://www.yankodesign.com/2012/03/20/vintage-ish/

Rendez-vous sur Hellocoton !