Interview de Walter Sobcek : play it LOUD !

10 mai 2012 par  
Classé dans A la Une, Lifestyle, Musique

Il y a quelques temps, nous avions particulièrement accroché sur le divin morceau « Je me souviens » de Walter Sobcek.

Comme son nom ne l’indique pas, Walter Sobcek est un duo français basé à Paris, connu pour avoir produit plusieurs remixes notamment pour Chilly Gonzales, Housse de Racket ou encore Keren Ann. Le duo vient de produire un nouveau clip pour le titre « Hollywood Cries », second titre de cet EP.

Walter Sobcek, qui réussit à remixer Gotye en une ode aux sons 80’s a accepté de répondre à quelques questions pour Caractérielles :

Mais qui est donc Walter Sobcek ? Comment est né le duo ?

S : Nous sommes deux, comme Smith & Wesson ou Jacob & Delafon. Mais c’est un peu la personne aux 2 personnes Walter Sobcek. Considérez donc que nous ne sommes qu’un. Comme Scarlett Johansson qui est seule paraît-il, un drame…

F : Oui, un vrai drame !! En fait, nous avons rencontré un type lors d´une soirée complètement déglinguée sur les hauteurs de Los Angeles. Il nous a raconté sa vie faite de show business et de porn-stars dans une Californie de la fin des années 80. C´était fou, on se serait cru dans un Brett Easton Ellis. On ne l´a jamais revu, mais ca nous a donné l´idée de s´inspirer de son histoire pour créer Walter Sobcek.

Quand on vous écoute, et surtout quand on regarde vos clips, on s’imagine bien faire du roller le long de la côte californienne pendant les 80’s. Vous êtes un peu nostalgique de cette époque ?

S : Nostalgie n’est pas un mot qui fait parti de notre vocabulaire… Nos mots préférés sont amour, partage, liberté, et sauvage, on aime bien ce mot, d’ailleurs, notre premier album sera dédié à Michel  Sauvage. Comme Walter Sobcek, c’est un personnage fictif mais, si il existait, il serait dresseur de biches afghanes pour le Cirque du Soleil. Et ce serait cool.

F: On aime l´esthetique de cette époque là. Mais on n´est pas retro. On s´ancre dans un univers très actuel en travaillant avec des jeunes talents d´aujourd´hui comme Diane Sagnier ou Charlotte Le Bon…

Quelles sont vos influences musicales et culturelles ?

S : elles sont multiples, comme la vie. Perso, j’ai une passion pour la musique, donc je peux avoir des périodes, comme Picasso a eu sa période bleue. Actuellement, je suis très Punk ! Je redécouvre les Ramones, les Clash, les Cramps, je ne dis pas que j’aime tout, je dis que je suis heureux de me replonger en 77 et d’essayer de comprendre pourquoi et dans quel contexte ce mouvement a pu être aussi massif. J’écoute aussi beaucoup Hank Williams, la première rock-star du 20 ème siècle. Pete Doherty à côté c’est un bisounours. Nous devrions tous écouter Hank Williams.

F: C´est un mélange de multiples univers: le cinéma des frères Coen, de Michael Mann et de Paul Thomas Anderson. La musique de Fleetwood Mac, Tangerine Dream, Daft Punk, Steely Dan, Everything But The Girl, Phoenix….

A quand l’album de Walter Sobcek ?

S : Nous racontons une histoire, « Je me souviens », notre premier EP, évoquait la nostalgie d’une histoire d’amour perdue. Walter a souffert et se souvenait des jours heureux, avec le cœur lourd de  celui qui dit adieu à un amour de vacances dont il sait qu’il ne verra plus jamais le visage. Avec « Miami », nous avons évoqué la fuite, l’idée de la capacité à oublier un amour perdu. Pour la suite, nous sommes en pleine écriture, nous tenons à cette cohérence dans le propos. Et cela prend du temps.

Quels sont vos endroits préférés à Paris pour écouter du bon son ?

S : Chez moi. Je ne sors pas à Paris. Je n’aime pas les clubs parisiens.

Quels sont vos crush musicaux du moment ?

S : Nina Kraviz. Je l’aime et pas que physiquement. Odd Future, pour leur créativité folle. Ce sont les artistes type 2.0. ils sont ultra créatifs et se foutent du business. Sébastien Tellier, parce qu’il est à la fois génial et sympa dans la vie normale, enfin normale, façon de parler. Et je ne sais pas pourquoi mais en ce moment je n’arrête pas de bloquer sur la chanson de Neil Young « My My Hey Hey », reprise récemment par The Chromatics… peut-être parce que les paroles de cette chanson furent les derniers mots de la lettre que Kurt Cobain a laissé lors de son suicide. Joie ! et bonheur !

F: Accroc à l´album de Sébastien Tellier, sublime. Et la redécouverte des premiers albums de James Taylor, songwriter junky, qui a inventé le smooth folk.

Merci Walter 😉

 

Les liens pour suivre Walter Sobcek :

Sur Facebook

https://www.facebook.com/sobcek

Soundcloud

http://soundcloud.com/sobcek

Et sur Twitter

@waltersobcek

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Libère ton esprit

Dites ce que vous en pensez...
Et oh, si vous voulez une image avec votre commentaire, inscrivez vous sur gravatar!