5 tours de piste en Ferrari 458 vus par une novice

16 septembre 2015 par  
Classé dans A la Une, Auto, Lifestyle

Croyez-moi, n’écoutez jamais quelqu’un qui vous dit que la course automobile « c’est pas du sport » ! J’ai en effet eu la chance de vivre l’expérience d’un stage de pilotage automobile avec Motorsport Academy et je peux vous affirmer que ce ne fût pas de tout repos ! Une expérience exceptionnelle, qui m’a permis de conduire deux bolides de plus de 1000 cv à elles deux !

RDV pris samedi dernier au circuit de Fay de Bretagne, le circuit automobile le plus long de France (3 km) pour un stage de pilotage « Duo », incluant : 5 tours en Porsche 997 GT3, puis 5 tours en Ferrari 458 Speciale (à prononcer de son plus bel accent italien « spétchialé »). Le stage devait se conclure par un baptême Race n’drift en Chevrolet Camaro, deux tours mélangeant glisse et vitesse en passager.

14h30 : accompagné de l’œil paternel et de mon brun bouclé préféré, qui, (jaloux), s’était inscrit pour 5 tours en Lotus Exige S (nous en reparlerons plus tard), nous voilà tous les trois dans la salle de briefing, accompagnés d’une vingtaine d’autres stagiaires pour écouter les explications de Seb, un instructeur bien décidé à faire monter la sauce. « Survirage », « sousvirage », « porte de corde », « porte de sortie », « faire exploser le moteur », « transfert des masses », « écraser le frein », j’avoue ne pas tout concrétiser mais Seb nous présente avec pédagogie le circuit et ses aspérités, nous parle des notions de base de la conduite sur circuit, et nous donne les règles de sécurité à respecter.

15h : sortie du briefing, mon état général : « J’Y VAIS MAIS J’AI PEUR ».

15H01 : (dans ma tête : « Bordel, mais qu’est ce qui m’a pris d’accepter de conduire des bolides à près de 250 000€ »)

15h10 : (une bouteille de flotte bue plus tard), me voilà partie en compagnie de 3 autres passagers à bord d’un Porsche Cayenne pour un tour de reconnaissance du circuit, l’occasion de comprendre concrètement quelques notions abordées lors du briefing (n’empêche, je reste quand même un brin stressée).

Mais avant tout, voici un superbe schéma illustrant les grandes étapes des sensations vécues :

15h30 : (appel mégaphone) « ALICE EST APPELÉE AU STAND #5 POUR LES 5 TOURS EN PORSCHE, OÙ EST ALICE ? » Allez hop, c’est parti, j’enfile mon casque et m’installe au volant de la belle Porsche 997 GT3, avec un instructeur à mes côtés qui me demande comment je me sens. « Un peu stressée quand même mais ça va ! ». Pas de panique, je suis mise en confiance, si j’écoute bien tout va bien se passer ! Consigne de base, ne surtout pas hésiter à y aller franco, mais vraiment franco lorsqu’on appuie sur le frein. C’est parti, je passe la ligne de départ et alors, là, je perds toute notion du temps, impossible de vous dire combien de temps ont duré les 5 tours mais quelle sensation incroyable !

Vient alors à mon instructeur l’idée de me poser la fameuse question « tu conduis quelle voiture d’habitude ? ». « Bah, aucune ! J’habite Paris » répondis-je en toute transparence. Quelques secondes de réflexion à ma droite, suivies d’un « si j’avais su … » Sur le ton de la plaisanterie bien sûr 😉

Passé le premier tour un peu timide, on prend vite goût à la vitesse (190 km/h, on le sent bien passer quand même) et les quatre tours restants permettent de bien appréhender le bolide, je me suis même surprise à dépasser la Lamborghini Huracan ! Comment ça, on est déjà arrivé au bout des 5 tours ?

 

 

Diplôme de pilotage, étape #1, validé ! Je sors de la Porsche les jambes cotonneuses, avec la sensation grisante d’avoir décollé pour aller fanfaronner auprès de mes accompagnateurs.

16h : (second appel mégaphone) « ALICE EST ATTENDUE AU STAND #1 POUR 5 TOURS DE FERRARI ! » Et comment, allons-y, je monte avec entrain dans le bolide rosso corsa. « Cette voiture est beaucoup plus brutale que la Porsche » m’explique mon instructeur, tout en me présentant la palette de vitesses au volant. Facile, à droite tu montes les vitesses, à gauche, tu les descends (enfin, à plus de 150 km/h, t’as pas intérêt à te planter quand même, me dis-je). C’est parti, je m’élance et je comprends ce que mon instructeur entendait par « brutal ». Ce bruit au moment de l’accélération lors de la ligne droite ! En revanche, j’ai eu l’impression de beaucoup plus ressentir la « puissance » du véhicule sur ce modèle, disons que je me suis sentie moins rapidement à l’aise, peut-être en me sentant si petite face à la rapidité du bolide !

16h25 : le stage devait se conclure par un baptême race’n’drift sur la Chevrolet Camaro, mais un problème technique ayant rendu le moteur inutilisable, me voilà repartie à bord de la Porsche 997 GT3 pour 2 tours de circuit spécial « vitesse » (en passager, je vous rassure ^^). Petite précision tout de même, exit l’aide au freinage, l’anti-dérapage et autres aides automatiques (dont je n’avais aucune connaissance d’ailleurs). Et bien je peux vous dire qu’on a intérêt à être bien attaché et à se tenir sinon c’est « mode washing machine » assuré ! On sait qu’il ne peut rien nous arriver, le pilote maîtrise son bolide alors on profite du spectacle (et on s’accroche bien) !

16h45 : c’est déjà fini, le retour avec l’automobile paternelle nous paraît bien monotone 😉

 

 

 

En tous cas, depuis samedi, je n’ai qu’une envie, celle d’appuyer à nouveau sur l’accélérateur ! Si vous êtes tenté par l’expérience, je vous recommande de choisir un stage de 5 tours minimum pour avoir le temps de bien appréhender votre véhicule.

Un immense MERCI à l’équipe de Motorsport Academy pour cette expérience de fou-furieux !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments

Une Réponse pour “5 tours de piste en Ferrari 458 vus par une novice”
  1. T-o dit :

    Je sais pas pourquoi je dis ça mais c’est bientôt mon anniversaire moi :)

Libère ton esprit

Dites ce que vous en pensez...
Et oh, si vous voulez une image avec votre commentaire, inscrivez vous sur gravatar!