#GetDirty avec Breton par Converse

4 avril 2013 par  
Classé dans A la Une, Lifestyle, Musique

Crédit photo : Pascal Montary

Nous vous parlions du lancement des Get Dirty Gigs par Converse, une série de 3 concerts exclusifs à travers l’Europe. A Paris, nous avons eu droit aux live des RAVEONETTES, des BLACK LIPS et du groupe londonien BRETON auquel nous avons eu la chance d’assister hier soir au Garage Mu, l’espace artistique indépendant du collectif MU, en plein coeur du 18ème arrondissement.

Après avoir vu ces joyaux de la couronne britannique au Festival Pitchfork en novembre, les BRETON nous ont offert un live ultra intimiste dans une atmosphère électrique ! Une musique atypique, au croisement du rock, du hip-hop. Je m’arrêterai là pour la chronique du concert, je ne suis pas journaliste musicale. 

Par contre, j’ai eu le droit de prendre 267 quelques photos …

Crédit photo : Pascal Montary

Crédit photo : Pascal Montary

Crédit photo : Pascal Montary

Une expérience orchestrée par CONVERSE dans le cadre de sa campagne GET DIRTY. 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Converse lance ses GET DIRTY GIGS à Paris

13 mars 2013 par  
Classé dans A la Une, Culture, Lifestyle

Bonne nouvelle : pour le lancement de sa campagne « SHOES ARE BORING. WEAR SNEAKERS », Converse annonce une série de concerts exclusifs et gratuits à travers l’Europe.

A Paris, nous aurons 3 dates, 3 lieux, 3 groupes, et pas des moindres : The Raveonettes, Breton et Black Lips !

Pour s’inscrire gratuitement et remporter des places, rendez-vous à partir du 14 mars 2013 sur la page facebook Converse.

Au programme :

– 19 mars 2013 : mes chouchous from Danemark THE RAVEONETTES ouvriront les festivités à l’espace CONVERSE 19-YT PARIS (19 rue Yves Toudic, dans le quartier du Canal Saint Martin).

– 3 avril 2013 : les londoniens de BRETON livreront un live unique au GARAGE MU, dans le 18e arr.

– 25 avril 2013 : les américains de BLACK LIPS – dernièrement produits par Mark Ronson – officieront pour le dernier GET DIRTY GIG au Calamity Joe dans le quartier de Pigalle.

Retenez aussi la date du 23 mars : Converse inaugurera son premier espace éphémere à Paris jusqu’au 21 avril : « Converse-19YT Paris ». Le lieu présentera des collections originales, proposera un service «tune & repair» pour soigner ses sneakers et initiera des rencontres artistiques.

Un lancement que la célèbre marque place sous le signe du Rock : une expo de clichés rock réalisés par «iO Tillet Wright» et un live de «The Raveonettes» sont déjà annoncés pour ouvrir les festivités.

Fans de musique et de sneakers, stay tuned !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Cole Porter, celui qui m’a fait aimer le jazz

10 mars 2013 par  
Classé dans A la Une, Lifestyle, Musique

J’avoue, ma culture musicale jazz laisse un peu à désirer : autant mon père nous a souvent « bassiné » lorsque nous étions plus jeunes avec mon frère avec ses disques de Satchmo, Benny Goodman, John Coltrane ou Miles Davis pour ne citer qu’eux, mais je n’ai jamais vraiment accroché avec cette musique. L’impression que cela part dans tous les sens, des mélodies souvent difficiles à suivre, trop d’improvisation, des rythmiques compliquées,  bref, je trouve que ça n’est pas vraiment le genre de musique que l’on écoute « comme ça » et pour laquelle il vaut mieux être concentrée.

A quelques exceptions près – il ne s’agit pas de faire de terrorisme intellectuel non plus – j’écoute quand même un peu de jazz ambiance années 30, Sydney Bechet, clarinette et notamment un artiste que j’aime particulièrement et dont j’avais envie de vous parler : Cole Porter.

D’abord parce que c’est l’un des rares artistes américains de cette époque qui composait à la fois les musiques de ses chansons et qui en écrivait les paroles. On lui doit aussi plusieurs comédies musicales créées à Broadway.

Du genre précoce, Cole Porter écrit sa première opérette en 1901 à seulement … 10 ans ! A l’aide de sa mère, certes, qui lui fit apprendre le violon dès 6 ans et le piano à 8 ans. Plus tard,  Cole Porter entre à l’université de Yale en 1909 puis passe un an à la faculté de droit de Harvard mais il abandonne vite, voulant se consacrer entièrement à sa passion pour la musique. Il entre alors au département musique de Harvard (excusez du peu) puis présente sa 1ère comédie musicale à Broadway, qui fût un échec cuisant.

Déçu par cet échec, il part en France en 1918 (il a alors 27 ans) et s’engage dans la légion étrangère française pour un an. A partir de 1919, il mène la grande vie à Paris, s’installe dans un luxueux appartement et enchaine les conquêtes. Il épouse la même année Linda Lee Thomas, une riche américaine mondaine divorcée de sept ans de plus que lui, qui était décrite à l’époque comme l’une des plus belles femmes du monde. Bien que Cole Porter était bisexuel, la situation était connue par leur entourage, leur mariage était plus un mariage d’amitié et Cole Porter et Linda Lee Thomas se sépareront au début des années 30 lors de leur retour à Hollywood.

En 1923, le succès commence petit à petit pour Cole Porter puisqu’il est le 1er à composer un « ballet jazz » pour les Ballets Suédois, une compagnie de ballets installée à paris de 1920 à 1925 au Théâtre des Champs Elysées et il enchaîne ensuite ses premiers gros succès de comédies musicales.

C’est en 1937 que sa vie bascule : à 46 ans, il est victime d’un accident d’équitation où il perd l’usage de ses jambes. Bien qu’il fût terrassé par la douleur jusqu’à sa mort, Cole Porter continua à composer des morceaux. Une sorte de légende raconte qu’il aurait composé l’un de ses morceaux les plus célèbres, « At long last love », allongé sur le sol, alors qu’il venait tout juste d’avoir son accident en attendant les secours … Il sera amputé de la jambe droite en 1958 et passera ses dernières années dans son appartement des Waldorf Towers à New York et décédera en 1964.

Si vous êtes comme moi fan de Woody Allen, vous avez certainement entendu Cole Porter dans les célèbres morceaux qui accompagnent ses films : la BO de Stardust Memories (avec Sidney Bechet), la BO de Radio Days (avec Harry James et Duke Ellington) ou encore celle d’Anything Else.

Et pour la petite anecdote, c’est grâce à Cole Porter, qui apparaît dans « Midnight in Paris » qu’Owen Wilson et Léa Seydoux se parlent pour la 1ère fois).

Pour finir en musique bien sûr, je vous propose d’écouter le morceau « phare » de Cole Porter : Let’s do it (Let’s fall in love) (tout un programme) :


Let’s Do It (Let’s Fall In Love) [Song by Cole… par theUnforgettablesTv

La playlist spéciale Woody Allen par Vodkaster

Rendez-vous sur Hellocoton !

CityPlaylist #1 : New York !

2 mars 2013 par  
Classé dans A la Une, Lifestyle, Musique

Lancement d’une nouvelle rubrique musique aujourd’hui : #cityplaylist ! Paris, London, Berlin, San Francisco, Sidney, Reykjavik, Portland, Montréal et bien d’autres : on vous poste nos villes préférées et les groupes phares qui ont fait leur réputation ! On commence par Big Apple ? Tant de groupes viennent de New York, la liste pourrait être sans fin, voici notre petite selection !

– The Strokes – Someday

– Beastie Boys – Sabotage

– Yeah Yeah Yeahs – Zero

– Talking Heads – This must be the place

– Run DMC VS Jason Nevins – It’s like that

– Blondie – Heart of glass

Rendez-vous sur Hellocoton !

Concert d’ALT-J en direct du Trianon !

23 février 2013 par  
Classé dans A la Une, Lifestyle, Musique

Le concert d’ALT-J de dimanche soir au Trianon est complet depuis belle lurette, mais vous pourrez le suivre en direct ici depuis le site de SFR Live Concerts !

Le single « Matilda » est offert jusqu’au lundi 25 février midi.

Partagez votre expérience avec nous mais aussi vos followers avec le hashtag #altjSFRlive.



Rendez-vous sur Hellocoton !

A vous les studios : Hard Rock Cafe Paris recherche de nouveaux talents pour Hard Rock Rising 2013 !

14 janvier 2013 par  
Classé dans A la Une, Lifestyle, Musique

Groupes de Rock de France et de Navarre, manifestez-vous ! Vous voulez partir en tournée mondiale, faire un album et un clip avec Hard Rock Records et gagner du matériel tout neuf ? Le Hard Rock Cafe Paris invite les artistes émergents français à représenter la France à la seule compétition mondiale dédiée aux groupes de musique « Hard Rock Rising», créé par Hard Rock International. Cette compétition est reconnue pour être le tremplin le plus important et le plus influent au monde et vise à aider les talents de tout pays à révéler leur potentiel et lancer leur carrière en leur offrant la chance de leur vie :

–        Participer à une tournée mondiale dans les plus grands Hard Rock Cafe,

–        Tourner un clip,

–        Enregistrer un album avec le label Hard Rock Records, spécialement créé pour l’événement,

–        Gagner 10,000 $ en matériel de musique.

Les gagnants du 2ème et 3ème prix recevront chacun 10,000 $ d’instruments et de matériel de musique.

En plus, Hard Rock Cafe Paris remettra au groupe français gagnant : un trophée Hard Rock, un chèque, un concert dans un bus Open Tour à toit ouvert avec circuit dans Paris, une basse et une guitare Fender, des goodies Hard Rock, ainsi qu’un crédit ReverbNation pour aider le finaliste à promouvoir son groupe et obtenir le plus de votes possibles pour faire partie des finalistes mondiaux.

Comment s’inscrire ?

Les inscriptions sont gratuites et ouvertes jusqu’au 21 janvier à tous les groupes qui souhaitent participer à cette compétition mondialeIl suffit aux futures stars de se rendre sur la page Facebook du Hard Rock Cafe Paris et de cliquer sur l’onglet dédié « Hard Rock Rising » pour s’inscrire en quelques minutes. Une fois les inscriptions clôturées le 22 janvier, les fans pourront voter sur la page Facebook grâce au téléchargement gratuit des musiques de leur groupes préférés et désigneront ainsi les groupes qui se produiront sur la scène du café parisien.

Un talent révélé sur la scène internationale

Lorsque les meilleurs groupes français seront sélectionnés par les fans, ces derniers se produiront en live sur la scène du Hard Rock Cafe Paris sur 3 sessions de qualification qui se dérouleront les 13, 20 et 27 mars. Le vainqueur sera désigné par un jury composé de professionnels renommés dans le monde de la musique française lors de la finale le 10 avril.

Le jury :

Kémar Gulbenkian (Chanteur des « No One is Innocent »),

Robin Ruttun (Rédacteur en chef chez M6 Music Hits),

Arnaud Delbarre (Directeur de l’Olympia),

Florien Thouzellier (Directeur artistique chez Polydor),

Joe Hume (Co-animateur chez OUI FM),

Belkacem Bahlouli (Rédacteur en chef de Mojo Magazine),

Lionel Girardon (Directeur Marketing de Fender),

Thierry Demougin (Rédacteur en chef de Keyboards Magazine),

Nicolas Lebouedec (Responsable marketing chez Coullier Prod),

Nathalie Roy (Directrice à la SACEM)

Olivier Bas (Rédacteur en chef « CD’aujourd’hui », France 2.

Une fois tous les vainqueurs sélectionnés dans les 96 Hard Rock Cafe participant à travers le monde, 25 groupes seront élus finalistes par le biais d’un second vote des fans des pages Facebook des Hard Rock Cafe participants. 

Un jury international constitué de professionnels de l’industrie musicale, dont feront partie Steven Van Zandt du E Street Band, Toby Leighton-Pope, vice-président senior de la musique chez Live Nation, ainsi que John Kirkpatrick, James Buell et Blake SmithHard, responsables des relations artistes chez Hard Rock Records, sélectionnera ensuite le Grand vainqueur, ainsi que les deuxième et troisième groupes.

L’année dernière, le groupe français selectionné était Super Fudge Chunk (originaire de Dt Etienne), et c’est le groupe Hey Monea !, originaire de Cleveland qui avait remporté le concours. 

Rendez-vous sur Hellocoton !

« Page PrécédentePage Suivante »