Playmobil fête ses 40 ans et nous replonge dans notre enfance !

21 juillet 2014 par  
Classé dans A la Une, Lifestyle, Shopping

Playmobil c’est bien plus que les jouets de mon enfance, il y a ce lien affectif qui fait que, en grandissant, j’ai toujours gardé un œil sur ce qu’ils devenaient, sur les nouveautés, dès que j’avais un cadeau à faire à un petit je me tournais vers Playmobil.
Les Playmobil c’est cette grosse malle en bois dans la maison de vacances, le trésor, des heures de calme assurées pendant qu’on prend l’apéro tranquille dans le jardin, les gamins qui jouent à refaire le monde.
Et c’est évidemment quelquechose que j’ai voulu transmettre quand j’ai eu ma fille.
Ca a commencé un petit peu par hasard pendant une promenade au vide grenier de mon petit village, un véritable fan collectionneur qui revendait quelques unes de ses plus belles pièces. Ma fille avait 1 an ½ je crois, et elle a eu ses 1ers Playmo, une ferme avec les animaux, les fermiers et tout ce qui va avec.

Photo Le Blog de Denis

Playmobil c’est 40 ans cette année, 2,7 milliards de figurines, 374 coupes de cheveux différentes, 839 visages et plus de 100 millions de personnages fabriqués par an.

Derrière Playmobil il y a Hans Beck, menuisier maquettiste, né en 1929, qui a fait les 1eres maquettes, et en 1974 la 1ère figurine est née : chevaliers, ouvriers et indiens.

2 ans plus tard, les personnages féminins arrivent : si au debut elles sont infirmière ou servantes elles ne tarderont pas à s’émanciper et deviennent pirates, pilotes et agents secrets.

Evidemment, Playmobil c’est aussi les bateaux de pirates, nés en 1978, les châteaux forts, mais aussi les animaux, les femmes enceintes, les bébés, on retrouve également Elvis, le Père Noël, Zorro, la crèche de Noël, et chaque année sortent des nouveautés.

Cette année, au programme : la piscine, le camping car, le grand magasin :

Les détails sont assez impressionnants, comme ici avec le salon de coifffure (et oui, il n’y a pas qu’une seule coiffure chez les Playmo !

La piscine, avec une véritable douche, et croyez moi, ça attire les minus, ma fille a passé 1 heure à tripoter la douche, à placer les personnages, avec Playmobil la magie opére toujours.

Et Playmobil c’est bien sur le calendrier de l’avent qui fait rêver mêmes les grands, mais aussi le Playmobil Fun park, une salle de jeu avec tous les personnages, et croyez moi, j’attends avec impatience que ma fille grandisse pour qu’on y aille ;-)

 

J’ai pu rencontrer l’équipe Playmobil pour souffler les 40 ans de la marque, et comme toujours quand on s’apprête à rencontrer les « vraies personnes » qui se cachent derrière une marque qu’on aime, j’appréhendais un petit peu « J’espère qu’ils seront funs » «Chez Playmo ils ne peuvent pas travailler en costard cravate, ça ne colle pas « Est-ce qu’ils sont obligés d’avoir la coupe Playmo ? » Et bien figurez-vous que je n’ai pas été déçue, Stéphane Drilhon, le directeur marketing France, avec qui j’ai pu longuement discuter, est avant tout un passionné, il nous a montré son 1er Playmobil et il est venu travailler chez Playmobil par passion avant tout et cela se ressent.

Quand l’équipe parle de la marque on ressent beaucoup d’admiration mais surtout, l’envie de bien faire : pour la sécurité des enfants bien sûr, mais aussi parce qu’ils sont conscients de l’héritage qu’ils ont entre les mains.

Nous ne sommes pas prêts de voir des Playmo Nabilla si vous voyez ce que je veux dire …

 

Concours Facebook


Et bien entendu, pas d’anniversaire sans cadeau : pour ses 40 ans Playmobil organise un concours photos sur Facebook : il faut poster une photo de sa « love story Playmobil » sur la page : les 40 plus beaux clichés seront exposés sur le Salon Kidexpo, les auteurs gagneront une figurine géante de 60cm et le grand gagnant, choisis par les visiteurs du salon, remportera son poids en Playmobil !

Tout ça ne va pas nous inciter à nous mettre au régime, mais pas d’inquiétude, même avec un peu d’embonpoint vous trouverez une figurine qui vous ressemble ;-)

Chez les Caractérielles, WE LOVE PLAYMO …

Et vous aussi ?!

Ca tombe bien !

Playmobil m’a proposé de vous faire gagner 3 figurines chevalier !


Pour tenter votre chance dîtes moi quel était votre thème ou personnage préféré en laissant en commentaire, tirage au sort lundi prochain, le 30, à 23h59 !

Pour en savoir plus sur Playmobil :

http://40.playmobil.com

Rendez-vous sur Hellocoton !

Alfa’mazing Cars, des Alfa Romeo mythiques à MotorVillage !

15 juillet 2014 par  
Classé dans A la Une, Auto, Lifestyle

Amoureux(se) des belles italiennes, préparez-vous à en prendre plein les yeux à partir du 18 juillet ! MotorVillage, la vitrine du groupe Fiat-Chrysler située sur les Champs-Elysées accueille dans 3 jours Alfa’mazing cars, une expo exclusive qui va réunir pour la première fois plusieurs modèles Alfa Romeo mythiques qui ont contribué à bâtir la légende de la marque au Biscione ! Si vous suivez mon profil Instagram, vous savez que j’adore partir à la recherche de voitures anciennes, aussi je ferai partie des nombreux visiteurs attendus à MotorVillage pour découvrir ces modèles d’exception qui se dévoilent rarement au grand public.

On y verra notamment :

- l’Alfa Romeo RL TF de 1923, à l’origine de la légende du quadrifoglio verde : c’est en effet la voiture qui avait permis à Ugo Sivocci de gagner pour la 1ère fois la course Targo Florio en Sicile en 1923, alors que le pilote venait d’apposer sur sa RL un trèfle à 4 feuilles (quadrifoglio), et que celui-ci arrivait toujours second. Le symbole porte-bonheur fût dès lors toujours peint sur les Alfa Romeo de compétition (et lorsque Ugo Sivocci perdit la vie lors d’un accident, son Alfa Romeo était dépourvue du trèfle à quatre feuilles …)

- l’Alfa Romeo 6C 2300 Aerospider, une étonnante création qui date de 1941, commandée en secret par Mussolini à Vittorio Jano.

- les concepts cars  Carabo de 1968 et 33.2 Pininfarina de 1969,

- la nouvelle icône de la marque au biscione, la folle 4C, et les deux nouveautés sportives de la gamme : les Alfa Romeo MiTo et Giuletta Quadrifoglio Verde.

L’exposition est ouverte à tous, du 18 juillet au 27 août à MotorVillage, 2 rond-point des Champs-Elysées, 75008 Paris.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Un petit déjeuner sain et gourmand avec Special K Crunchy Muesli

4 juillet 2014 par  
Classé dans Gourmandises, Lifestyle

S’il y a bien un rituel auquel je tiens, c’est le petit déjeuner du week-end. La semaine c’est la course, si je bois un verre de lait c’est déjà très bien, priorité à la minus, à son biberon, à sa tartine et à al folle course du matin.

Alors le week-end, c’est sacré.

On déjeune à table, le petit déjeuner au lit avec une petite fille de 2 ans ½ on oublie. On sort les bols, on sort les boites, les sachets, les briques et on se fait plaisir. Un gros déjeuner pour marquer le coup et profiter d’un moment tous les 3, qui marque le début du week-end ensemble, on se rattrape.

Si les céréales chocolatées et les tartines beurrée ou confiturée sont bien là pour Père & Fille j’essaie de faire attention et me toure vers des versions moins caloriques, mais ça n’est pas pour ça que je vais manger de l’avoine pure.

Le week-end dernier c’était festin, avec les nouveautés Special K Crunchy Muesli, au programme : raisin & pommes rouges et Airelles, graines de courge & amandes (mon chouchou).

 

Pour moi les céréales c’est « nature », sans lait qui ramollit, et pas non plus dans un fromage blanc, j’aime picorer et là je me suis régalée : 5 céréales complètes, des fruits, des graines le tout avec 40% de matières grasses en moins que les mueslis habituels.

La brillante idée de Kellogs avec ce produit : les sachets souples ! C’est vraiment une très bonne idée, je suis déjà adepte du sucre en poudre et du chocolat en poudre en sachet souple, bien plus pratiques à caser dans les placards, il n’y a rien de plus encombrant que les gigantesques boites de céréales, et ici ça ne sera pas la punition de finir le paquet puisque le sachet est refermable, les céréales restent croustillantes jusqu’au dernier bol.

Alors le week-end dernier, j’avais sorti le grand jeu, et finalement, on s’est tous retrouvés à picorer MES Special K Crunchy Muesli : c’est bon, il y a de la couleur dans les bols, et cerise sur le gâteau, c’est sain !

Article sponsorisé

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

J’ai TOUT ÇA gros comme ÇA

1 juin 2014 par  
Classé dans A la Une, Lifestyle, Maternité


J’ai des cailloux plein les poches, des gâteaux dans ma besace, une ptite chaussette au fond de mon sac, une tétine dans la pochette, du chocolat fondu sur mon col.

J’ai de l’éosine sur les doigts, des miettes sur mon pantalon, des traces de doigts sur mon iPhone, des taches de lait sur ma couette, des joujoux plein la baignoire,  des ptits bodies plein la machine.
J’ai des couches dans mon panier, des lingettes dans la boîte à gants, un livre tout neuf dans mon placard, un ptit bonnet planqué dans mon tiroir, des photos plein le frigo, Barbapapa dans mon iPad.

J’ai des cernes toute l’année, plus de traces de bronzage après l’été, de la crème solaire dans le sac de plage, une petite main dans la mienne.

Il y a mon nom après le sien, des gribouillis sur mes papiers, un ptit doudou au fond de mon lit.

J’ai ses petits bras autour de mon cou, ses petits doigts qui serrent le mien, son ptit nez enfoui dans mon cou, j’ai ses petits crocs dans mes rouges à lèvres.
Elle a mon vernis sur ses petits ongles, une petite tresse dans ses cheveux blonds, un ptit tatouage-cœur sur le dos de la main, elle a mes jambes en X et mes yeux bleus.

Il y a un petit peu de moi dans ses yeux bleus, un test de grossesse dans une petite boîte, un ptit bracelet avec son nom, toujours un peu d’elle dans ma tête, sa jolie bouille sur mon bureau, ses ptites joues rondes en fond d’écran.

J’ai les yeux qui brillent quand je parle d’elle, le sourire qui s’élargit quand je l’entends, les bras qui s’ouvrent quand je la vois, les yeux qui se ferment en l’embrassant et le cœur qui fond un peu tout le temps.

J’ai tout ça, plein les poches, plein le sac, plein partout, 11 petits kilos qui prennent toute la place, j’ai TOUT ÇA, gros comme ça.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Manque de place

27 mai 2014 par  
Classé dans A la Une, Lifestyle, Maternité

Quand on a un enfant de plus de 2 ans, on n’échappe pas à la très délicate question « Alors, le 2ème, c’est pour quand ?! ». Maintenant que les nuits « pleines » sont acquises, qu’on trouve un équilibre, un certain rythme, qu’entre la varicelle, les poux, la rosacée on maitrise les primordiaux, que 39,5° ne font plus peur, que les couches ne seront bientôt plus qu’un mauvais souvenir, il faudrait qu’on se relance.

L’excuse est toute trouvée : ni le temps ni l’énergie de replonger.
Et, plus rarement, je l’avoue : il y a derrière tout ça une très grosse appréhension, celle qui paralyse au moindre jour de retard ou semblant de nausée.

Je n’ai jamais envisagé d’avoir un enfant unique, ça n’est un cadeau pour personne, j’ai toujours pensé que 2, c’était bien. J’ai aimé avoir un grand frère et j’aime penser que, le plus tard possible, au moins, il restera lui.

C’est très exclusif comme relation, comme mode d’éducation, mais c’est celui que j’ai eu, et celui que j’aimerais voir se répéter, et je ne suis pas la 1 ère à vouloir reproduire le schéma familial. Seulement un enfant ça se fait à 2 et celui avec lequel j’ai envisagé cela est lui issu d’une famille nombreuses, 4, alors j’ai rapidement du m’affirmer, je m’arrêterai à 2.
J’ai aimé être enceinte, j’ai aimé accoucher, j’ai aimé chacune des étapes de ces 30 derniers mois. Je suis nostalgique du nourrisson mais me régale avec une petite fille.

Un 2ème on y pense forcément, et quand je mets en avant les freins (financiers, professionnels) me reste certainement le frein le plus évident : j’ai la trouille, la pétoche, le palpitant qui s’emballe.

Du très cliché « je l’aime tellement, je ne pourrais pas en aimer un ou une autre autant » au « Mais comment on peut aimer un autre enfant après celui qui vous a tout appris ». Alors je sais, on aime différemment mais autant, « c’est le cœur qui grossit » mais ça, j’ai encore du mal à l’envisager. Parce que ce 1er bébé, c’est celui qui m’a tout appris, qui a transformé 2 vies, si un 2ème arrivait aujourd’hui il ne bouleverserait pas autant le quotidien, on retrouverait nos repères, ce sera encore plus épuisant, éprouvant, mais ce ne serait pas une si grande découverte, et je ne sais pas s’il y aura autant d’émerveillement. L’envie et le besoin viscérale de le protéger, ça je n’en doute pas, mais quand on a déjà eu un bébé, est-ce qu’on peut vraiment avoir l’innocence des jeunes parents qui rend chaque jour formidable, qui fait qu’on passe outre l’épuisement ?

Je me doute que quand on n’a plus vraiment un rôle à apprendre on doit aussi plus profiter des petites choses, qu’il y a moins d’appréhensions, mais, j’en suis au stade ou je me dis que ce sont toutes ces découvertes, bonnes ou mauvaises, qui font qu’aujourd’hui il y a autant d’amour. Nous avions toutes les 2 tout à apprendre, aimer sans condition était en haut de la liste, et aujourd’hui, la liste est déjà pleine, alors ce fameux tic-tac-tic-tac, on va le laisser encore tourner un peu …

Rendez-vous sur Hellocoton !

West Coast attitude (Kouign amann Inside)

20 mai 2014 par  
Classé dans A la Une, Auto, Lifestyle, Voyages

L’avantage de voir un couple de potes partir s’installer au bout du monde – genre plus près du Japon que de l’Europe – c’est que ça donne lieu à un week-end « Farewell party » en terre sainte, enfin en Bretagne quoi. Nous voilà partis un beau vendredi au volant d’une chouette Lancia Ypsilon S by Stade Français dont je vous parlerai plus tard, direction le nord du golfe du Morbihan et plus précisément le petit village de Baden. Si vous visitez la région, voici un petit best-of (non exhaustif et complètement subjectif) des must-see du coin !

==> Prendre l’apéro en regardant le coucher de soleil au port de Larmor-Baden,

==> Acheter des (oui, des) kouign-amann à la maison Riguidel à Quiberon, une entreprise familiale dont les recettes sont farouchement gardées ! Vous pouvez aussi tester le far breton, un peu plus léger ;-)

==> Se balader et aller mater les surfeurs sur la côte sauvage à l’ouest de Quiberon : la côte qui s’étend sur une dizaine de kilomètres, depuis le célèbre château Turpault jusqu’à la pointe du Percho. Je ne sais pas vous, mais je pourrai rester des heures à regarder les vagues qui s’écrasent contre les rochers. Arrêtez-vous du côté de la pointe de Beg er Goalennec. Oui, je sais, le nom est barbare, mais arrivé là-bas, la vue sur la cote sauvage est exceptionnelle.

==> Acheter des spécialités au caramel beurre salé à la Maison d’Armorine (dont les caramels sont distribués sur les vols Air France, dame oui !)

==> Faire le plein de soupes de poissons et de mousse de Homard au cognac (mon dieu, cette tuerie…) chez la Belle-Iloise, une grande boutique se trouve sur le port de Quiberon.

==> Prendre le bateau pour aller sur un petit bout de paradis, l’île de Houat : au delà du petit village de pêcheurs, pas de routes, juste des landes et un sentier qui fait le tour de l’île et parsemé de criques paradisiaques.

Revenons à notre chouette cylindrée, also known as Lancia Ypsilon S by Stade Français, on en pense quoi ?

- Un coloris et un mix de matières très sympa : autant j’ai un peu de mal avec les carrosseries entièrement « mat », sur l’Ypsilon, la carrosserie est bleue alors que le capot et le toit sont noir mat, ce qui donne un ensemble assez chouette.

- Gros coup de coeur pour le toit ouvrant panoramique, parfait pour profiter du soleil breton ;-)

- Des petits détails discrets comme les cristaux Swarowski sur les tapis (un peu de diamant disposés ça et là n’ont jamais fait de mal à personne) ou l’emblème du Stade Français sur les deux portes avant. Des détails sympas, et pour ceux qui ne sont pas fans de ce genre de détails, l’Ypsilon est aussi disponible avec 5 autres niveau de finition (Ypsilon, Elefantino, Gold, Platinum, Platinum +) permettant de combiner son Ypsilon avec sa personnalité !

- Pratique aussi, le bouchon d’essence de la Lancia Ypsilon est « collé » à la trappe d’ouverture, pas besoin de le retirer à la main quand on veut faire le plein.

- On aime un peu moins le plafond un peu trop bas, pas pratique quand on doit emmener des gaillards de plus d’1m85 surfer à la plage ;-)

Allez, sur ces quelques mots, je vous laisse quelques photos (sans oublier de vous souhaiter kenavo !)

Le port de Larmor-Baden

 

Un voisin sympa !

 

Le célèbre château Turpault à Quiberon

 

La grande plage de Quiberon

 

J’en connais trois qui hésitent à aller se baigner …

 

En Bretagne, il fait gris, mais il y a du soleil quand même

 

#InfarctusParty

 

Personne n’a eu la tête coupée durant cette séance photo !

 

West Coast attitude

 

C’est un peu pêché de couper un kouign amann en carré … (mais on était 30 aussi)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Page Suivante »