West Coast attitude (Kouign amann Inside)

20 mai 2014 par  
Classé dans A la Une, Auto, Lifestyle, Voyages

L’avantage de voir un couple de potes partir s’installer au bout du monde – genre plus près du Japon que de l’Europe – c’est que ça donne lieu à un week-end « Farewell party » en terre sainte, enfin en Bretagne quoi. Nous voilà partis un beau vendredi au volant d’une chouette Lancia Ypsilon S by Stade Français dont je vous parlerai plus tard, direction le nord du golfe du Morbihan et plus précisément le petit village de Baden. Si vous visitez la région, voici un petit best-of (non exhaustif et complètement subjectif) des must-see du coin !

==> Prendre l’apéro en regardant le coucher de soleil au port de Larmor-Baden,

==> Acheter des (oui, des) kouign-amann à la maison Riguidel à Quiberon, une entreprise familiale dont les recettes sont farouchement gardées ! Vous pouvez aussi tester le far breton, un peu plus léger 😉

==> Se balader et aller mater les surfeurs sur la côte sauvage à l’ouest de Quiberon : la côte qui s’étend sur une dizaine de kilomètres, depuis le célèbre château Turpault jusqu’à la pointe du Percho. Je ne sais pas vous, mais je pourrai rester des heures à regarder les vagues qui s’écrasent contre les rochers. Arrêtez-vous du côté de la pointe de Beg er Goalennec. Oui, je sais, le nom est barbare, mais arrivé là-bas, la vue sur la cote sauvage est exceptionnelle.

==> Acheter des spécialités au caramel beurre salé à la Maison d’Armorine (dont les caramels sont distribués sur les vols Air France, dame oui !)

==> Faire le plein de soupes de poissons et de mousse de Homard au cognac (mon dieu, cette tuerie…) chez la Belle-Iloise, une grande boutique se trouve sur le port de Quiberon.

==> Prendre le bateau pour aller sur un petit bout de paradis, l’île de Houat : au delà du petit village de pêcheurs, pas de routes, juste des landes et un sentier qui fait le tour de l’île et parsemé de criques paradisiaques.

Revenons à notre chouette cylindrée, also known as Lancia Ypsilon S by Stade Français, on en pense quoi ?

– Un coloris et un mix de matières très sympa : autant j’ai un peu de mal avec les carrosseries entièrement « mat », sur l’Ypsilon, la carrosserie est bleue alors que le capot et le toit sont noir mat, ce qui donne un ensemble assez chouette.

– Gros coup de coeur pour le toit ouvrant panoramique, parfait pour profiter du soleil breton 😉

– Des petits détails discrets comme les cristaux Swarowski sur les tapis (un peu de diamant disposés ça et là n’ont jamais fait de mal à personne) ou l’emblème du Stade Français sur les deux portes avant. Des détails sympas, et pour ceux qui ne sont pas fans de ce genre de détails, l’Ypsilon est aussi disponible avec 5 autres niveau de finition (Ypsilon, Elefantino, Gold, Platinum, Platinum +) permettant de combiner son Ypsilon avec sa personnalité !

– Pratique aussi, le bouchon d’essence de la Lancia Ypsilon est « collé » à la trappe d’ouverture, pas besoin de le retirer à la main quand on veut faire le plein.

– On aime un peu moins le plafond un peu trop bas, pas pratique quand on doit emmener des gaillards de plus d’1m85 surfer à la plage 😉

Allez, sur ces quelques mots, je vous laisse quelques photos (sans oublier de vous souhaiter kenavo !)

Le port de Larmor-Baden

 

Un voisin sympa !

 

Le célèbre château Turpault à Quiberon

 

La grande plage de Quiberon

 

J’en connais trois qui hésitent à aller se baigner …

 

En Bretagne, il fait gris, mais il y a du soleil quand même

 

#InfarctusParty

 

Personne n’a eu la tête coupée durant cette séance photo !

 

West Coast attitude

 

C’est un peu pêché de couper un kouign amann en carré … (mais on était 30 aussi)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le jour où j’ai fait du tout-terrain avec le nouveau Jeep Cherokee !

22 avril 2014 par  
Classé dans A la Une, Auto, Lifestyle, Voyages

« Go anywhere, do anything » : telle est la devise de la légendaire marque Jeep, grâce à qui j’ai eu l’occasion de conduire un 4×4 pour la première fois (si je mets de côté la vieille Méhari des vacances d’été), à l’occasion d’un voyage aux notes méditerranéennes : je vous propose d’embarquer pour un voyage entre Monaco et la piste d’essai du groupe Fiat à Balocco, à mi-chemin entre Turin et Milan, armés du nouveau Jeep Cherokee , sur une route sinueuse semée d’embuches !

Jeudi dernier, réveil très matinal – on notera à ce propos qu’il est beaucoup plus facile de se réveiller sous le soleil monégasque et de prendre son petit-déjeuner en admirant la baie de Monaco – pas une minute à perdre, le nouveau Cherokee nous attend à l’entrée de l’hôtel Fairmont, au pied de Monte-Carlo. Et qui dit Monte-Carlo, dit embouteillages dans les célèbres rues serpentées. Il paraît qu’on s’est déjà trompé de direction pour rejoindre la route de Cuneo en Italie, mais pas de problèmes, Carine gère un parfait demi-tour en deux-deux, au beau milieu d’une route à deux voies, en maîtrisant le Cherokee avec la plus grande dextérité, et avec le sourire !

Guidées par le GPS qui nous jouera quelques tours – notre itinéraire pour atteindre Balocco étant programmé avec des étapes pré-intégrées destinées à nous faire passer par le plus de types de routes possibles (autoroute, route de montagne, cols tortueux …) – nous voilà parties pour environ 3h30 de voyage à bord du Cherokee ! Monaco, Sospel, Breil-sur-Roya, Tende, nous sommes au sud-est du parc national du Mercantour, l’un des plus sauvages de France et notre route se poursuit par delà les petits villages, les hautes montagnes, les sentiers de randonnée, les petits ruisseaux, un décor magnifique qui donne un avant-goût de vacances. Notre route se poursuit jusqu’au village de Cuneo en Italie, j’ai conduit près d’1H30 sur cette partie de la route, à l’aise même lors des virages ultra serrés que l’on rencontrait souvent. Baptême 4×4 validé ! J’étais notamment assez bluffée par le silence du véhicule, je m’attendais à beaucoup plus de vrombissements avec un tel moteur mais après 3h30 passées à bord, on ne sort pas la tête comme après un concert de Sepultura et c’est bien appréciable.

Le voyage s’achève sur autoroute, direction Turin puis nous prenons la direction de Milan pour arriver au centre expérimental de Balocco, là où sont testés tous les véhicules du groupe Fiat/Chrysler. A peine le temps de sortir nos affaires du Cherokee qu’un sosie de Lapo Elkann aux cheveux longs nous conduit sur la piste spéciale 4×4 où nous pourrons vérifier par nous-mêmes les capacités du Cherokee Trailhawk – la finition la plus « tout-terrain », celle qui ne craint pas les fossés ni les pentes abruptes ! – parmi les 4 versions du nouveau Cherokee (Longitude, Longitude Business, Limited et donc Trailhawk).

Michael notre chauffeur nous emmène pour mettre à mal le Trailhawk pendant une bonne demie heure ponctuée de : « oh, mais ça passera jamais là », « on va se retourner sur le flanc, c’est pas possible autrement », « j’aurais pas dû me resservir de spaghettis vongole, ça bouge quand même pas mal là » (Michael, merci de nous avoir supportés).

Test des suspensions, piste dont les pavés feraient pâlir d’envie n’importe quelle Place de l’église en Bretagne, pente inclinée à 70%, test torque transfer, le parcours nous permet d’explorer toutes les capacités de franchisseur notamment grâce aux systèmes « Selec-Terrain » – qui permet au conducteur de choisir le réglage en fonction du terrain : auto, snow, sport, sand/mud et rock – et « Selec-Speed control » qui permet quant à lui d’appréhender des terrains à forte inclinaison, et ce avec une intervention quasiment nulle du conducteur, pour que celui-ci se concentre avant tout sur le volant ! Il suffit d’activer le bouton du Selec-Terrain, de choisir sa vitesse entre 1,5 km/h et 8 km/h et de laisser faire le Cherokee comme un grand !

Michael nous propose de nous installer à sa place mais malheureusement l’heure du départ a déjà sonné, ce sera pour la prochaine fois à notre grand regret ! Pour ma part, j’ai adoré découvrir ce type de sensations qui sont habituellement réservées à des conducteurs plus chevronnés ! Je pense d’ailleurs m’inscrire très vite à une session de Jeep Academy, qui propose à tous ceux qui ont des velléités de découverte de la conduite en 4×4 dans des conditions différentes et avec différents ateliers.

Plus d’infos sur le nouveau Jeep Cherokee sur le site Jeep et la Page Facebook Jeep France.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Week-end parisien à bord de la Volkswagen e-up!

18 mars 2014 par  
Classé dans A la Une, Auto, Lifestyle, Voyages

Presque un an après avoir passé un week-end avec la coquine Coccinelle cabriolet et notre escapade à Deauville, j’ai eu l’occasion de tester la voiture 100% électrique de Volkswagen, la e-up! (qui est donc l’équivalente électrique du modèle up!) le temps d’un week-end aux accents printaniers.

RDV pris le vendredi soir aux environs de l’Avenue des Ternes pour une 1ère rencontre avec notre petite allemande chargée à bloc ! Et à ce moment-là, ce n’est pas tant le fait que la voiture soit 100% électrique qui m’intrigue, mais plutôt la prise en main de la boite de vitesse automatique, une première pour ma part. J’appréhendais un peu cette nouveauté mais passées les cinq premières minutes de conduite – qui sont un peu déstabilisantes c’est vrai – j’oublie complètement mon pied gauche, on est lancé !

La chose qui me surprend le plus en conduisant la e-up! au début est le silence absolu qui règne dans la voiture lors de la conduite. A plusieurs reprises, je pense même avoir « surpris » plusieurs piétions ou cyclistes qui n’avaient pas entendu la voiture s’approcher d’eux tellement elle est silencieuse (et que ceux qui veulent parler de ma conduite « sportive » passent leur chemin ^^).

Côté recharge, Volkswagen annonce une autonomie allant jusqu’à 160 kilomètres avec une batterie chargée à 100%. De quoi se ballader dans Paris tout un week-end sans angoisser ! Pour recharger la e-up! à Paris, plusieurs solutions sont possibles :

Une prise électrique classique permet de recharger le véhicule chez soi en 7h environ, ou en 4h si vous achetez un boitier spécial, la « wallbox ».

– Il est aussi possible de recharger la voiture sur une borne Autolib’ puisque la plupart des stations proposent une place réservée aux véhicules « tiers » pour les particuliers qui ont des voitures électriques.

– La plupart des parkings parisiens sont équipés de bornes.

En tout, ce sont presque 4200 points de recharge qui existent à paris (incluant l’ensemble des bornes Autolib’), et leur développement semble essentiel pour que l’utilisation des véhicules électriques ne soit plus réduit à l’état embryonnaire. Pour ma part, j’ai eu la chance de pouvoir confier la petite e-up! durant deux heures au Speedy d’à côté de chez moi (oui, j’ai des relations madame !)

Le samedi soir, je traverse Paris pour un dîner chez des amis. Pas besoin de surveiller l’heure pour choper les derniers métros, ça reste quand même très appréciable même s’il faut en revanche surveiller que mon verre ne se remplisse pas plus de deux fois 😉 Et le dimanche, on reprend la e-up! pour aller bronzer aux Buttes-Chaumont toute l’après-midi, en passant par le Pont Alexandre III, la place de l’Opéra … Aaaahhh, conduire dans Paris … C’est tellement appréciable de gagner du temps comparé aux transports aux communs, sans parler des émissions de CO2 inexistantes ! #onaimeroulerecolo

Allez, je vous laisse avec quelques photos et moi j’embarque la e-up! pour une folle virée je vais rendre la e-up! à son propriétaire !

Je vous laisse admirer ce créneau PARFAIT, réalisé en 2 coups de volant :

– C’est ici qu’on branche la prise (Note de la rédaction, parce qu’on vous aime : à ne pas manipuler lorsque vous avez les doigts mouillés)

– e-up! is watching YOU

– Votre dévouée se met en 4 (oui, OK, en 2 seulement) pour vous montrer la e-up! sous tous les angles 😉

– Regardez-moi ces belles coutures bleurs sur le volant en cuir ! #sensdudétail

Toutes les infos sur la e-up! sur le site de Volkswagen.

Un grand merci à Volkswagen France pour le prêt de la voiture !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ambiance vacances avec Lookéa’Thèmes !

25 février 2014 par  
Classé dans Lifestyle, Voyages

Il régnait ce dimanche comme un air de Printemps à Paris, et dès que le soleil pointe le bout de son nez, je ne peux m’empêcher de penser aux prochains voyages / week-ends qui vont arriver et que j’adore organiser :-). Côté « gros » voyage, de très bons amis partent s’installer à Vancouver au mois d’avril, je compte donc bien partir visiter la ville qui compte le plus de champions de hockey sur glace 😉

Généralement lorsque je pars en vacances, je pars plutôt en mode « backpack » sans trop planifier mon voyage à l’avance car j’aime bien organiser sur place le voyage, en fonction des rencontres et des coups de cœur qui se font une fois arrivée dans le pays en question. Mais il est m’est aussi arrivé plusieurs fois de partir en hôtel club, lorsque je suis avant tout à la recherche de repos : pas de cuisine, de vaisselle ou de ménage à faire, l’idée c’est de se mettre les pieds sous la table et au bord de la piscine, et de profiter du luxe de se consacrer aux choses qu’on aime bien faire, en écoutant le bruit de la mer ou des cigales !

Du coup, je me suis penchée sur l’offre de Look Voyages et les semaines thématiques proposées par le tour opérateur : le concept des Lookéa’Thèmes en club Lookéa, des semaines thématiques pour passer des vacances différentes, qui permettent de se consacrer à ses activités favorites, de manière encadrée par une équipe de professionnels, et en étant hébergé dans un club Lookéa. Danse, piscine, balades et randos, il y en a pour tous les gouts !

– Lookéa’thèmes « Danse », en Grèce, en République Dominicaine ou en Tunisie : pour s’entraîner aux côtés de Katrina Patchett (qui a gagné la 1ère émission de Danse avec les Stars) et de Grégory Guichard, 13 fois champion de danse !

– Lookéa’thèmes « Balades & Randonnées », en Turquie, à Tenerife ou en Crète : pour découvrir le patrimoine naturel, historique et gastronomique de sa destination, tout en alternant journées et demies journées de marche avec un guide spécialiste.

– Lookéa’thèmes « Swimming Schools » pour les enfants, au Maroc, en Turquie ou en Tunisie : des cours de natation animés par un maître-nageur diplômé, pour apprendre à nager et s’amuser.

Je serai pour ma part carrément tentée d’aller me dorer la pilule sous un soleil de plomb, et ce sera peut-être possible grâce à VOUS ! Look Voyages organise en effet un concours inter-blogueurs pour tenter de remporter l’un des séjours à thèmes …

Vous pouvez m’aider à gagner ce voyage en essayant de deviner où ont été prises ces photos, entre la Crète, la Grèce et la Tunisie !

Alors, de quelle destination s’agit-il ? Allez, quelques petits indices : si je vous dis ruelles pavées, antiquité, oliviers, vignobles, raki, vous me dîtes ???

Article sponsorisé

Rendez-vous sur Hellocoton !

J’ai testé pour vous … la croisière voile en Croatie !

22 septembre 2013 par  
Classé dans A la Une, Lifestyle, Voyages

L’été paraît déjà loin et le fait de parler de ce qu’il s’est passé au mois d’aout paraît un peu passé mais j’avais envie de raconter un bout de cette expérience (et je suis contre la dictature du #old !). Cet été, j’ai choisi de passer une semaine en Croatie, à bord d’un bateau. Ca faisait longtemps que j’en avais envie, dans mon entourage personne n’était trop tenté donc j’ai décidé de réserver une semaine avec l’UCPA en Croatie, au large des côtes Dalmates. Au programme, une semaine de navigation entre Zadar et Split, l’archipel des Kornati, les chutes d’eau de Krka (oui, les mots sont imprononçables en croate) à Sibenik, les petits ports, Skradin et plein de petites îles qui composent cette partie de la cote croate.

Une semaine de rêve donc, les photos plus bas vous donneront une petite idée des paysages que l’on peut y voir.

Mais attention, qui dit croisière ne dit pas « bronzette toute la journée sur le pont » ! Pendant cette semaine, l’équipage établit le parcours chaque matin, s’organise pour la vie à bord (les courses, les repas, la vaisselle …), participe à la manœuvre du bateau. Nous étions 2 bateaux de 6 personnes, plus un chef de bord par bateau. En arrivant au port de Zadar, les groupes se sont formés en fonction des différents niveaux et des personnes venus en groupe. Pour ma part, je faisais partie d’un équipage avec 2 personnes qui n’avaient jamais ou très peu navigué, et 3 personnes au contraire voileux à fond, faisant beaucoup de régates, ce qui était parfait pour bien apprendre.

De mon côté, j’ai quelques petites bases en navigation, mon père faisant beaucoup de bateau, je suis passée par quelques stages de voile étant plus jeune, plus quelques croisières en famille, notamment dans le Morbihan (ahhh le golfe et la côte quiberonnaise …) où j’ai pu apprendre les rudiments de la voile. Mais la période la plus longue que j’ai passé à bord d’un bateau doit être 3-4 jours, rien à voir avec cette semaine passée à bord de « Marusa », notre Bavaria 36 !

Voilà donc un petit aperçu non exhaustif de ce que à quoi vous pouvez vous attendre si l’aventure vous tente ! Et moi je vous dis, allez-y, car quand même, se réveiller le matin (même à 7h) face à la mer, ça reste inoubliable …

– Les horaires d’abord, comme on vient d’en parler : les journées à bord étaient relativement régulières, en fonction du programme de navigation et de la météo bien sûr. Réveil assez matinal, petit dej dehors (avec les guêpes), puis en moyenne 6h à 8h de navigation par jour avec le déjeuner au milieu. Hors de question de louper le sacro-saint apéro et comme dit le célèbre proverbe : « par petit air, apéro en mer ». Ca tombe plutôt bien ! Le soir, l’équipage se retrouve pour le diner et prolonge aussi l’apéro. Je ne suis pas du tout matinale en temps normal mais le fait d’être tout le temps dehors, de sentir l’air marin, de bouger tout le temps fait que je ne suis pas rentrée de la croisière fatiguée même si je ne me suis pas levée une seule fois après 8h30 pendant la semaine.

– La gestion des courses : en arrivant au port de Zadar, la première tâche que nous avons eu à faire était les courses pour la semaine. Pour ça, pas question de partir à l’arrache et de prendre tout ce qui nous passe par la tête. L’équipage remplit d’abord la caisse de bord (une sorte de caisse commune qui permet de payer tous les frais communs comme les cours, les entrées au port, les frais de mouillage, le gasoil du bateau …) et établit des menus pour la semaine, en essayant de réserver tous les produits les plus frais pour le début du séjour. Il faut aussi penser au fait que l’on peut parfois manger (surtout le midi) en navigation et donc ne pas prévoir des choses trop compliquées à préparer. Je vous rassure, nous étions un équipage de fins gourmets et nous avons tout de même concocté – en navigation s’il vos plait – un gratin de macaronis, un wok de poulet, des croques monsieur ou un moelleux au chocolat !

– Une gestion des tâches bien répartie : que ce soit pour la gestion de la vie à bord du bateau ou pour les manœuvres, tout le monde passe par tout ! Pendant la semaine, nous avons appris plein de choses sur la navigation et tout le monde est passé à la barre,  au bordage des voiles, à l’apprentissage des noeux, au calcul du parcours chaque matin, de quoi avoir de bonnes bases pour repartir sur un voilier tel un fier moussaillon !

– Assumer le mode no make-up / bad hair day pendant une semaine : pas toujours évident à gérer, surtout avec des personnes qu’on n’a jamais vu avant. Pour le coup, je suis vraiment du genre fi-fille, je déteste devoir sortir de chez moi non maquillée et oublier mon sèche-cheveux en week-end est une vraie plaie. Sauf que là, au final, l’air marin joue le rôle d’un blush naturel, et que le fait de zapper l’étape quotidienne du sèche-cheveux pendant une semaine fait plutôt du bien à la crinière.

– Coté toilette, on revoit un peu ses basiques « une douche par jour », ou du moins « une douche à l’eau douce » (essayez de le dire très vite plusieurs fois, vous rigolerez moins). Pour assurer une bonne gestion de l’eau douce à bord, hors de question que tout l’équipage se douche dans le petit espace sanitaire avec WC et lavabo sinon la réserve serait épuisée en une seule fois. Du coup, pour se doucher, 2 options :

==> la toilette au savon de mer (un savon spécial qui mousse au contact de l’eau de mer et qui enlève les traces de sel) avec la douchette à l’arrière du bateau,

==> ou les douches dans les ports de plaisance : certains ports proposent le « grand luxe » avec des sanitaires super bien équipés avec eau chaude, une vingtaine de douches et des WC, d’autres proposent un confort plus spartiate mais au mois d’aout, on supporte mieux l’eau froide !

– L’art du rangement ! Notre voilier était équipé à l’intérieur d’une cabine double à l’avant, de 2 cabines doubles à l’arrière et d’un « carré » (l’espace de vie principal, avec la cuisine et une table pour étudier le parcours). Pour vous donner une idée, la cabine que j’occupais mesurait environ 2 m de long sur 1,5m de large (avec une forme « sarcophage » puisqu’elle était située à l’avant du voilier), autant vous dire qu’il n’est pas question de laisser trainer sa serviette, ses magazines ou ses crèmes solaires partout ! L’avantage, c’est que son apparte de 30m2 donne l’impression d’être dans un vrai palace au retour :)

– La sévère impression de tanguer dès le retour à terre ! Pendant le séjour, nous avons reparti les nuits à moitié dans des mouillages (le voilier est amarré à son ancre en mer, le long des côtes, dans un endroit abrité du vent et des vagues), l’autre moitié dans des ports où nous avions la possibilité d’aller nous balader sur le port. Et à chaque fois que nous étions debout plus de 5 minutes (et pendant quelques jours après être rentré en France), nous étions nombreux à avoir le « mal de terre » et à avoir l’impression d’être toujours sur le bateau et de sentir le roulis des vagues.

Voilà une partie des choses qui m’ont le plus marquées côté « vie quotidienne » à bord du voilier. L’expérience est magique mais je dirais qu’ile ne faut pas avoir peur de faire quelques petites concessions et mettre de côté ses petites habitudes ! Le seul petit bémol que je donnerai à ce type de séjour est l’impression de ne pas mieux connaître l’identité d’un pays : quand on passe tout son temps sur un bateau, on mange très peu local, on n’entend presque pas parler croate, on a du mal à se représenter le type des habitants, l’architecture des villes … mais c’est une très bonne occasion pour y retourner !

Je vous laisse avec quelques photos qui vous donneront une petite idée de notre séjour !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

En vacances avec votre animal, êtes-vous prêt ?

12 juin 2013 par  
Classé dans Lifestyle, Voyages

Il paraît que le soleil va enfin pointer le bout de son nez, le Lonely Planet pour la Croatie est déjà acheté, ça sent les vacances ! Alors c’est l’heure de penser à ce qu’on va mettre dans sa valise, à regarder si ses vaccins sont à jour, à checker si le WiFi est gratos à l’hôtel (on est #geek ou pas) mais quid de savoir comment on va gérer nos copains les animaux de compagnie ?

Etant plus jeune, nous partions quasiment chaque été pour de longs voyages en voiture avec mes parents et le fait d’emmener le chat dans sa caisse était une véritable source de stress pour ma mère : le chat d’habitude si calme devenait une véritable terreur dans la voiture, gémissant telle une bête sauvage, les pupilles dilatées, un vrai suppôt de Satan ! Pour éviter ce genre de situations et aider les vacanciers à gérer les vacances de leurs animaux, la Fondation 30 Millions d’Amis a conçu plein d’outils digitaux (appli smartphone, carte interactive) et notamment le Dico des vacances pas bêtes 2013, une mine d’or de conseils pour éviter les petits couacs de l’été avec son animal : comment organiser son départ ? Quelles sont les démarches administratives à faire si on part à l’étranger ? Quelles sont les plages françaises qui sont accessibles aux chiens ? Comment éviter les coups de chaleur ? Où confier son animal à garder si je ne peux pas l’emmener avec moi ? Bref, plein de conseils qui permettent d’anticiper le départ et de partir rassuré :-)

La Fondation 30 Millions d’Amis propose également un quiz via une application Facebook pour tester ses connaissances. Testez-vous, il y a 100 tee-shirts de la Fondation à gagner. Bon perso, j’y ai joué et je ne suis pas peu fière de vous dire que j’ai fait un sans faute 😉 Mais j’ai eu la chance d’avoir accueilli pendant plus de 10 ans des Labradors pour l’association des chiens guides d’aveugles (que nous accueillions un an chez nous, pendant leur période d’éducation) et mes parents nous ont plutot rôdé sur ces sujets 😉

Bonnes vacances à tous ! (si si, on y approche)

Article sponsorisé

Rendez-vous sur Hellocoton !

Page Suivante »