Enfants du Rock, Philippe Manœuvre débarque sur Caractérielles !

21 mars 2012 par  
Classé dans A la Une, Culture, Lifestyle, Musique

 

Rencontré à l’occasion d’un Showcase privé organisé par Pression Live, LE Big Boss des journalistes rock aux lunettes presque plus légendaires que celles de Stevie Wonder a accepté de répondre à quelques questions !

Quel est LE single qui a changé votre vie ? Celui qui vous a fait dire « le rock fera partie de ma vie ! » ?

Sans doute un disque de Jerry Lee Lewis entendu en 1968, un 45 tours où il reprenait « Jenny Jenny ». En trois minutes, mon destin était tracé devant moi : rock’n’roll ! Je vais repasser ce 45 tours sur Oui FM un de ces jours, il faut que vous entendiez ça …

(Ah oui, on comprend pourquoi ! Ouok ène ouoll !)


 

Je suis née en 1982, l’année où vous rejoigniez l’émission « Les Enfants du Rock ». Ma mère n’arrête pas de me dire que c’était une vraie révolution à l’époque, qu’on avait enfin droit à une émission culturelle digne de ce nom. En 2012, quel regard portez-vous sur cette époque ? Regrettez-vous le manque de programmes à l’esprit « rock » ?

Bien sûr qu’on aurait tous mérité une bonne émission rock hebdomadaire à base de concerts, news, archives, rockumentaires, à chaque fois qu’on évoque le rock à la tv, on met le doigt sur le problème de la modernité en France.

Restons en 2012, quels sont les groupes qui vous excitent le plus en ce moment ? Trouvez-vous que le rock soit en perte de vitesse ?

J’adore ce que font Jack White, les Arctic Monkeys, Black Keys, Queens Of The Stone Age. Il y a plein de petits labels, la musique se repositionne, les gens qui font des disques le font par amour de la musique, on vit une époque formidable. Et Pete Doherty est de ce monde, donc tout va bien.

Le livre « les 101 disques qui ont changé le monde » trône sur ma bibliothèque depuis 2005. Si j’osais vous demander d’être encore plus sélectif, quels seraient les 3 disques dont vous ne pourriez pas vous séparer ?

Toujours cette culture de l’instant, du raccourci, du lyophilisé … J’ai écrit la suite de la Discothèque idéale, aujourd’hui elle contient 207 albums et j’envisage le tome 3 pour dans quelques années … L’idée serait de raconter le rock’n’roll en 333 albums.

Quels sont vos endroits fétiches pour écouter du rock à Paris ?

J’aime bien le Gibus, on y a fait trois ans la fête avec les BB rockers, j’aime l’Olympia, Bercy, le Stade de France même du moment qu’il y a du rock sur scène, je ne suis pas pointilleux sur l’endroit. On prend notre pied partout !

Enfin, pourriez-vous m’aider à me décider pour le/la prochain(e) rocker(euse) qui apparaitra sur mon TumblR dédié aux Rockers sexy ? 

Hé bien : Iggy Pop y est ??? Sinon moi …

(Iggy attendra, Philou est à l’honneur sur le Tumblr ! )

Et sinon, en passant, Pression Live propose de gagner plus de 4000 places de concerts partout en France et ce tout au long de l’année. Comment faire, j’ai envie de dire easy easy :

En téléchargeant l’appli Pression Live sur son smartphone : disponible sur Android Market et Apple Storel’application mobile Pression Live permet à l’utilisateur de gagner ses places de concert via un instant gagnant. Pour multiplier ses chances de gagner, il suffit de parrainer ses amis et/ou d’un petit « check-in »  dans les 200 bars référencés sur l’appli et le site PressionLive.com

En jouant directement sur la fan page Pression Live www.facebook.com/pression.live

Directement sur ton pack de bière : des QR code présents sur les packs produits porteurs de l’opération redirigent vers l’application Pression Live.

Pression Live (un concept développé par Kronenbourg) est présent sur les plus gros festivals de musique français : les vieilles Charrues, Garorock, Rock en Seine, Le printemps de Bourges … avec des scènes musicales et des animations.

La démo de l’appli mobile :

Rendez-vous sur Hellocoton !

L’enfer des concerts

10 décembre 2009 par  
Classé dans A la Une, Lifestyle, Socio

concert

Ceux qui me connaissent le savent, je suis férue de musique. Pop, Britpop, electro, rock, bossa nova, rumba, chachacha, house, tout y passe (peut-être pas la tecktonik mais je n’ai plus l’âge …). Et ce n’est pas mon ancienne collègue qui me contredira !

Donc vous serez d’accord, la musique, rien de mieux qu’en live non ? Mon premier concert remonte à quelques temps maintenant … J’étais en 4ème et ma meilleure amie et moi avions eu le droit d’aller voir Noir Désir en concert, sous condition de rester auprès de mon grand frère (un grand de 1ère S) et de ses copains. Noir Dez pour un premier concert, ça fout une grande claque ! Mais en y repensant, je me rends compte qu’à cette époque aussi, existaient déjà ceux que j’appelle les relous des concerts.

Les relous des concerts ? Mais si vous les connaissez :

Celui qui a un sac à dos énorme : on ne sait pas ce qu’il comporte là-dedans (pas possible que ce soit de l’alcool, chaque personne étant fouillée un minimum, même lors des festivals bretons, c’est dire …) mais se taper des coups de sac dans le bide, c’est pas le top en plein « Neon Bible » d’Arcade Fire »

Le mec / la fille sous ecsta : ceux qui fond de la tecktonik sur « Airbag » de Radiohead.

Le couple amoureux : ça OK. Mais par pitié, on ne se bécote pas dans mon champ de vision alors Julian Casablancas susurre pile devant moi !

La fan qui crie son amour : si, si, celle qui hurle « Calviiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiin » dans ton oreille gauche. Mais arrête, Calviiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiin il est à moi ! Hein Azzed ?

Celui qui prend des photos sans cesse : bon avec un vrai appareil, passe encore. Mais avec un iPhone bordel ! Tout le monde sait que ça rend un truc tout pourri !

Le mec qui porte sa copine sur ses épaules : sans commentaires …

Celui qui fait genre de connaître les paroles … mais qui balance un bon yaourt.

Le mec qui se croit en blind test : dès les trois premières secondes, « ha trop bien Parklife ! », « Canon, Girls «& Boys » ! T’es gentil coco, moi aussi je connais mes classiques. Surtout quand c’est Blur.

L’ours bourré, celui qui renverse la moitié de sa pinte sur ton nouveau haut, et qui ne le voit même pas. Ce modèle se retrouve surtout lors des festivals néanmoins.

La nana (souvent) qui se plaint sans cesse : « hin mais ça fait du bruit, j’ai mal aux oreilles ». Ben va pas te foutre près des enceintes morue !

Les bandes de potes : ceux qui se déplacent par groupe de dix, et qui gueulent parce que nous, à deux, on « sépare leur groupe » …

Ceux qui étalent leurs connaissances bien fort, pour que tout le monde en profite « Ouais enfin Win Butler c’est quand même le petit fils d’Alvino Rey, il a commencé par le banjo … » La culture, c’est comme la confiture hein …

Celui qui ne connaît pas l’artiste, le mec forcé d’être allé au concert : « Tain mais c’est un peu naze non ? » Heu non. On ne parle pas de Beirut comme ça non mais !

Ceux qui font des pogos à la moindre guitare qui s’énerve un peu. Non mais les mecs, on n’est plus en 4ème là, c’est pas bientôt fini ces conneries ?

Celui qui appelle son cousin Tof, Nico, Robert, Tata Jeanine pour lui expliquer comme le concert « déchiiiiiiiiire » !

Les parents bobos qui emmènent leurs gosses de 6 ans au concert et qui trouvent que « ça bouge beaucoup quand même ». Heu, ouais là on est un peu devant Madness …

En fait dans les concerts, l’enfer c’est les autres non ?

Rendez-vous sur Hellocoton !