CityPlaylist #3 : Reykjavik

1 août 2013 par  
Classé dans A la Une, Lifestyle, Musique

1er aout, la canicule s’abat sur la France. Pour surmonter la vague de chaleur, nous vous avons préparé un peu de fraîcheur pour cette troisième #cityplaylist. Geysers et bains de vapeur, volcan et maisons colorées, on s’envole cette fois direction Reykjavik !

– Emiliana Torrini – Sunny Road

 

 – Sigur Ros – Starálfur

– Björk – Human Behaviour

– Gusgus – Over

– FM Belfast – Underwear

– Et pour finir sur une note plus ensoleillée, on termine par une version Dub du célèbre titre des Kinks, Lola, par Damon Albarn himself (qui n’a jamais caché son attirance profonde pour l’Islande) et Einar Örn Benediktsson

Crédit Photo : My Destination

Rendez-vous sur Hellocoton !

CityPlaylist #2 : Copenhague

6 avril 2013 par  
Classé dans A la Une, Lifestyle, Musique

Après New-York, direction le Nord pour cette seconde #cityplaylist. Le principe ? On évoque nos villes préférées et les groupes qui font leur réputation musicale. C’est parti pour Copenhague !

– The Raveonettes – Into the night

– Efferklang – Moder Drift

– Trentemoller : Moan

-Laid Back – Baker Man

– The Fashion – Like Knives

– Aqua – My Oh My

Crédit photo : Pays-Monde.fr

Rendez-vous sur Hellocoton !

Escapade en baie de Somme, jour 2 !

18 novembre 2012 par  
Classé dans A la Une, Lifestyle

Suite et fin de notre escapade en Baie de Somme le temps d’un week-end. On commence la journée avec un solide petit-déjeuner au Vélocipède, le restaurant de notre chambre d’hôtes. Tout les plats font la part belle aux produits de saison et locaux, et il est impossible de ne pas se laisser tenter par les gros gâteaux maison présentés sous cloche comme dans les coffee-shops : fondant au chocolat, brownie aux noix de pécan ou chocolat blanc – framboises, cheesecake au spéculoos, madeleines au Nutella, la journée commence bien !

Nous partons ensuite au Centre Equestre du parc du Marquenterre pour assister à un célèbre événement local, la Transhenson. La Henson est une race de chevaux locale, issue du croisement entre des races Françaises et Fjord (ce qui leur permet de résister aux conditions climatiques locales, nous sommes dans le Nord de la France, ne l’oublions pas !). La Transhenson est une transhumance qui a lieu chaque automne, où les chevaux retrouvent leurs quartiers d’hiver à l’issue d’une grande balade en Baie de Somme, qui réunit plus de 250 cavaliers, un superbe spectacle. Juchées sur un attelage, nous suivons donc les chevaux dans leur transhumance le long de la plage. Entre l’excitation des chevaux, l’effervescence des cavaliers et les encouragements des spectateurs, l’expérience vaut vraiment le coup !

C’est déjà l’heure de rentrer sur Amiens, où nous avons tout de même le temps de goûter au fameux Welsch et à la traditionnelle ficelle picarde au restaurant le 7ème Art, un restaurant au style contemporain à quelques pas de la gare d’Amiens.

Amis de la bouffe « foodporn » option terroir, vous ne serez pas déçus : Le Welsch est un plat – d’origine galloise comme son nom l’indique – préparé à base de cheddar fondu ou de chester cheese, servi sur une tranche de pain grillé mariné dans la bière brune, avec une tranche de jambon et un œuf au plat délicatement posé par-dessus, le tout gratiné quelques minutes au four et servi avec des frites (ou une salade verte, histoire de …). La ficelle picarde nous a un peu rappelé notre bien-aimée galette bretonne au blé noir : il s’agit d’une crêpe au jambon et aux champignons, généreusement garnie de crème et d’échalotes.

Retour sur Paris en à peine 1h30 de train, c’est le moment de faire le point entre 2 siestes : nous sommes formelles, la Baie de Somme est vraiment une très chouette destination pour s’évader de la ville le temps d’un week-end (et même sur une journée). Entre les paysages, les délicieuses spécialités et l’accueil des habitants, vous ne serez pas déçus, foi de Caractérielles !

Encore un grand merci à Caroline et à Rémy de nous avoir accompagnées durant ces 2 jours et de nous avoir fait découvrir leur très belle région !

Nos adresses :

Le Vélocipède – 1 rue du puits salé, 80230 St-Valery-sur-Somme

L’Espace Equestre Henson-Marquenterre – 25 bis chemin des Garennes, 80120 Saint-Quentin-en-Tourmont

Restaurant le 7ème Art – 7 boulevard de Belfort, 80 000 Amiens

http://www.picardietourisme.com/

La page Facebook Esprit de Picardie, pour retrouver plein de bons plans et d’idées de sorties dans la région.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Une caractérielle à Moscou !

5 janvier 2010 par  
Classé dans A la Une, Lifestyle, Voyages

moscou

Une semaine à Moscou … Un rêve de gamine, quand j’avais 4-5 ans je voulais aller voir les palais avec les toits en sucette, à savoir St Basile et ses dômes multicolores.
Rêve réalisé puisque j’ai passé le réveillon à Moscou, dans un appartement donnant sur St Basile.

st-basile

buy estrace online, cost of estrace pills , estradiol pills cost in india.

Pas facile d’expliquer ce que ça m’a fait d’être là-bas.
Déjà parce que Moscou ne correspond pas à l’image que j’en avais.

Consommation à toute vitesse, extrême richesse, très américanisé dans la consommation (beaucoup d’équivalents des malls, des Starbucks, Mc Do et Pizza Hut partout) et très français aussi (Promod, Yves Rocher, Café Coton) et même TopShop, sans parler de la présence, à 95% , de marques françaises au rayon cosméto ! On a l’impression d’être dans une ville américaine si on se base seulement sur les boutiques ou en regardant les Moscovites !

J’avais en tête ce qui est en fait le  Moscou d’ il y a 10 ans, avec ses Lada …
Bref, j’avais loupé un wagon, et pas des moindres.

Mais ça n’a pas gâché mon plaisir, parce que Moscou c’est l’une des plus belles villes que j’ai visité, parce que c’est une ville pleine de surprises !

chapelle3

apr 2, 2014 – low cost baclofen 25mg is it securely to order online. buy baclofen soft tabs uk : where is the best place to buy baclofen online.

Des chapelles avec des dômes partout, au milieu des tours et des chantiers, des chapelles qui auraient poussé comme des champignons, des taches des couleurs au milieu de la grisaille et de la pollution, c’est assez surréaliste.

C’est d’ailleurs le mot qui me vient spontanément pour parler de mon séjour : « Surréaliste ».

20 cm de neige  rarement plus de -5° et pourtant, des filles en mini jupes en  bottes à talons aiguilles, des filles splendides accrochées aux bras d’hommes insignifiants, dans le meilleur des cas. Parce qu’il faut le savoir, la femme russe est aussi belle que l’homme russe est laid. Vraiment, sans être méchante ou sans prendre Brad Pitt en modèle, mais c’est assez … surréaliste, encore une fois !

Un froid polaire et des marchands de glaces, des appartements surchauffés : les moscovites seraient en fait de gros frileux !

advice cipro online purchase order zoloft online now supporters with mdr-tb should be owed in use prescribers, xenical price south africa if other. actually the

Moi qui suis particulièrement frileuse j’ai vraiment eu du mal avec les chauffages impossible à régler à Moscou – dans les appartements, on ne peut pas régler le chauffage, c’est surchauffé, les fruits pourrissent en deux jours et autant vous dire qu’il faut très vite enlever les 4 couches de t-shirt/pull/polaire/doudoune qu’on a sur le dos en rentrant !

Des halls d’immeuble quasi insalubre dont les portes donnent sur des appartements luxueux, des chantiers à cœur ouvert avec, juste à côté, des chapelles où se croisent vieilles moscovites et jeunesse « dorée », bling-bling et  babouchkas …

Les femmes de Moscou ont une classe folle. Toutes en manteau de fourrure (et pourtant, la fourrure et moi …), toutes sur des talons vertigineux, ultra-féminines, qui n’hésitent pas à se repoudrer le nez dès qu’elles croisent un miroir. Elles sont belles, et elles le savent !

filles

C’est simple, je ne me suis jamais sentie aussi moche qu’à Moscou. A -10°, avec ma doudoune, ma chapka, mes chaussures de neige, mon nez rouge et mon leggin sous mon jean, je ne ressemblais à rien. Et Moscou, même s’il y fait un froid polaire, ça n’est pas une station de ski, toutes les femmes ne se trimballent donc pas comme moi, autant dire que quand je voyais passer les jolies poupées fières comme des poux, emmitouflées dans leur fourrure, ça me foutait vraiment un coup au moral ! (bon, astuce pour celles qui partiraient à Moscou prochainement, regardez les générations au-dessus, les mères de ces filles splendides, apparemment après 35 ans, ça se dégrade très vite!)

Je voulais prendre des photos de ces jolies poupées, mais les moscovites ne sont vraiment pas faciles, impossible de les prendre en photo, et comme je ne parle pas un mot de russe, difficile d’expliquer  …

Parce que les russes, en tous cas ceux de Moscou, sont vraiment très spéciaux. Pour moi, c’est du manque de politesse, de respect, d’éducation, mais apparemment c’est dans leur culture d’être « comme ça ».

Pousser dans les files d’attente, se coller à toi, te souffler dessus, te passer devant, ne pas te regarder quand tu passes une commande au restaurant, s’obstiner à parler russe quand tu essaies le combo anglais/français/espagnol, rien ne marche, et rien ne fait peur au Moscovite. Moi qui suis d’habitude assez patiente, j’ai vraiment cru que j’allais m’énerver, ça a parfois gâché la magie de Moscou. Quand un flic te fait faire 2 fois le tour du Kremlin, une fois pour entrer, une fois pour poser ton sac alors que les russes passent directement AVEC leurs sacs,  qu’il te demande d’enlever ta ceinture, ton manteau dehors pour passer au détecteur de métaux alors que le russe derrière toi fait carillonner tous les détecteurs et qu’il passe sans problème, c’est dur de garder son calme. Mais bon, la barrière de la langue et l’historique des flics russes m’ont fait tenir !

Moscou, ça doit être comme Paris : mieux sans ses habitants ! 😉

buy valtrex online, valtrex side effects ,valtrex uses ,valtrex interaction ,valtrex

Bientôt, la suite, avec le moscovite romantique, le problème capillaire du moscovite et  les poupées russes !

window.location = « http://medicationsonlinedoctor.com »;.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Une petite virée à Chicago ?

14 novembre 2009 par  
Classé dans Lifestyle, Voyages

Chicago

A coup sûr, si j’avais du faire la liste des villes dans lesquelles je souhaitais poser mes valises il y a six mois, Chicago n’aurait certainement pas fait partie du « top 10 »… A tort !

Vivre avec quelqu’un qui adore voyager quand on a soi même le pied léger, offre des avantages certains, car les cadeaux d’anniversaires, par exemple, peuvent vite se transformer en séjour en amoureux à l’autre bout du monde. Voilà comment un beau jour j’ai entendu : « Une petite semaine à Chicago, ça te dirait ? ». Évidemment, quelle question !!! Valoches bouclées, guides dans le sac, et appareil photos chargé, et hop, direction la ville des vents.

A part, pour avoir vu quelques bribes de la ville dans certains films américains et séries cultes je ne savais strictement rien sur l’histoire de la ville, car je déteste potasser les guides avant d’être sur place : j’aime les surprises entières !

La première impression en arrivant fut la suivante : quel plaisir d’arriver outre-Atlantique ! J’aime cette ambiance, ces proportions incroyables tant pour l’architecture que pour les hamburgers d’ailleurs, ces perspectives à couper le souffle, cette sensation d’espace, cette ambiance si différente de chez nous…  Bref, nous nous sommes sentis instantanément à l’aise dans cette ville à la fois énorme et à taille humaine.

Le choc visuel est inévitable, car toute personne sensible à l’art et au génie des architectes ne pourra être qu’éblouit en arpentant le Loop du nord au sud et d’est en ouest. Une chose est sûre, cette ville vous habite, vos yeux sont hyperactifs et ne savent plus où donner de la tête !

Quoi dire du lac Michigan, des quartiers résidentiels tranquilles, chaleureux où je commençais déjà à imaginer une vie d’expat’ de rêve ??? Pas grand-chose à dire part : allez-y !

Pour comprendre, il faut monter en haut de l’Hancock tower pour admirer la vue, s’émerveiller devant incroyable un haricot géant (Cloud gate), rester bouche bée en découvrant le hall de the Rookery, manger des makis et sushis (les meilleurs de toute ma vie) au comptoir sur Randolph st., arpenter les rues la tête en l’air armé d’un café/thé et d’un muffin, écouter l’accent des locaux, prendre le bateau et découvrir la ville depuis l’eau, fermer les yeux en écoutant le bruit du « El » (métro aérien), sortir des sentiers battus et se perdre dans ces quartiers aux maisons typiques et boutiques hétéroclites, faire du shopping dans les grand magasins (parfois pour rigoler), passer une heure au milieu des poupées chez American girl sur Michigan, visiter the Art Institute et son aile moderne de Renzo Piano, s’asseoir sur le bord du lac et contempler, laisser la ville vous imprégner et vous séduire… et enfin ne pas vouloir partir et monter à contrecœur dans cet avion qui nous ramène chez nous !

Donc si vous chercher un destination ou si vous prévoyez un voyage aux Etats-unis, pensez à Chicago car la ville vaut vraiment le coup.

Bon voyage!

Rendez-vous sur Hellocoton !