Du Bacardi Oakheart et une playlist pour l’apéro !

30 juillet 2012 par  
Classé dans A la Une, Lifestyle

Tout le monde connait la célèbre marque de rhums BACARDI, l’ingrédient indispensable de tout apéro digne de ce nom, mais connaissez-vous le Bacardi Oakheart ? Lors d’un apéro savamment orchestré d’une conférence de rédaction tardive, l’équipe Caractérielles a eu la chance de savourer ce nouveau rhum aux arômes épicées, le mix parfait d’un rhum vieilli en fûts de chêne et d’un mélange subtil d’arômes d’épices douces (cannelle, noix de muscade, miel et vanille). C’est bien simple, il se boit tout seul, parole de brestoise 😉

D’ailleurs, comment boit-on le Bacardi Oakheart ? On vous conseille la façon suivante, façon « Oak & Co » : munissez-vous d’une belle chope (Bacardi bien sûr), ajoutez quelques glaçons, remplissez d’ 1/3 de Bacardi Oakheart et 2/3 de Coca, trinquez, buvez !

BACARDÍ Oakheart arrive en avant-première sur Paris, dans les bars et en exclusivité chez Monoprix. Si tu veux connaitre La liste des bars qui proposent Bacardi Oakheart à Paris, tu cliques ici.

Le + Caractérielles : la playlist « summertime » spécial apéro !

Lifelike – Silicon Love

MAM – Crushed Ice

 Charlotte Gainsbourg – Anna (Moonlight Matters Remix)

 

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

L’égalité des salaires : en quel honneur ?

28 janvier 2010 par  
Classé dans A la Une, Lifestyle, Socio

margaux-motin

Un peu de testostérone sur Caractérielles aujourd’hui, avec le retour de ce cher EW qui constate, une fois de plus, ce que seraient nos contradictions …

Chères caractérielles,

Hier soir, je retrouve deux amies à l’heure de l’apéro dans un petit bar où j’ai mes habitudes. Deux belles femmes de caractère, indépendantes et qui rêvent malgré tout sans vraiment chercher à s’en cacher du prince charmant. Dans leurs boîtes respectives, à compétences et ancienneté égales, elles gagnent autant que leurs homologues masculins. Du moins pour le moment mais elles ne voient pas pourquoi cela changerait. Moi non plus. A priori…

La discussion s’oriente très vite vers les relations hommes-femmes – en l’absence d’homosexuel(le) à la table et pour simplifier « l’argumentation » qui va suivre, on va se cantonner à l’une des trois options monogames possibles. Donc comme je vous le disais, ça parle Amour, flirts, plans cul, etc. Bref, une discussion on ne peut plus classique entre célibataires qui approchent la trentaine. Nous dévions sur les premiers rendez-vous, sujet qui ne me touchent pas particulièrement dans la mesure où… Non non, je m’écarte de la question là. Et je suis déjà sur le point de me mettre à dos toutes les femmes de France et de Navarre : inutile d’en rajouter. L’une de mes amies donc, abordent le thème du premier rencard au terme duquel, si tout se passe bien, les deux protagonistes se sautent dessus devant la porte d’entrée de l’immeuble de l’un ou de l’autre, s’arrachent les fringues dans l’ascenseur ou bien dans la cage d’escalier pour peu que le locataire des lieux vive au premier, avant que cela ne se termine en échange de flux organiques et enfilage de plastique dans des draps qu’il faudra vite mettre à laver si le tout a été effectué dans les règles de l’art – enfin surtout si vous avez prévu de récidiver le lendemain avec un nouveau « date ».

Une question me turlupine…

Je m’empresse de la poser à la pote en craignant la réponse :qui règle la note avant d’aller baiser ?

Le verdict est sans appel : le mec bien sûr !

Mes très chères caractérielles,

Comment voulez-vous que l’on s’en sorte si vous n’y mettez pas un peu du vôtre ? Je sais que nous, les hommes, sommes complices. Et moi le premier. J’ai certes tendance, dans mes excès féministes – si si –, à dire haut et fort que la galanterie est un concept désuet, révolu. Mais dans les faits, je conçois difficilement de laisser la belle inconnue du bar m’inviter. Et pour cause : il vient rarement à l’idée de la belle inconnue d’inviter le bel inconnu. Le règlement des consommations par l’homme est inconsciemment admis par les deux parties. Et moi qui me targue pourtant d’éviter les sentiers battus, j’ai dans ce domaine complètement intégré cet accord tacite entre les gents féminine et masculine. Or, qu’une belle femme prenne les choses en main en me payant une pinte de Guinness et je succombe aussitôt. Soyez entreprenantes nom de nom ! Et sortez la carte bleue ! Alors vous gagnerez le droit à l’égalité des salaires.

Et puis merde ! Vos orgasmes sont largement meilleurs que les nôtres et c’est bien là tout ce qui compte dans la vie. Et je ne parle pas des joies de la grossesse et des règles qui vous sont réservées. Ces révoltantes injustices ne suffisent-elle pas à légitimer quelques petites compensations ?

Visuel : la talentueuse Margaux Motin (que ce cher EW apprécie tout particulièrement ! )

Rendez-vous sur Hellocoton !